Discours du Trône : La dernière occasion

04 octobre 2002
0 Commentaire(s)
Pour terminer sa carrière politique, le premier ministre Jean Chrétien fait écho aux besoins des Autochtones en annonçant une série de mesures pour améliorer leurs conditions de vie.

Le Nord pourrait bénéficier de certains programmes annoncés dans le dernier discours du Trône, prononcé le 30 septembre dernier. Mais les avantages auraient été plus marqués si les programmes touchant les Autochtones avaient inclus les Autochtones vivant hors réserve.

Le gouvernement libéral s’engage, d’ici la fin du présent mandat, à améliorer la prestation des services de soins de santé et l’éducation dans les réserves. Pour la députée de Western Arctic et Secrétaire d’État à l’Enfance et à la Jeunesse, Ethel Blondin-Andrew, cette annonce signifie pour les gens du Nord qu’il y a encore du chemin à faire. «Que l’argent soit versé aux Autochtones vivant sur les réserves seulement nous pose un léger problème. Nous nous battons continuellement ici dans le Nord pour changer cela. » Malgré les demandes répétées du Nord, les réponses se font attendre. « C’est une machine gouvernementale, une question très importante de transferts et de formules de financement entre le fédéral et les provinces. Ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air », a ajouté la députée en guise d’explication.

Au chapitre de la santé, le syndrome d’alcoolisme fœtal a été source de préoccupation pour Jean Chrétien. Celui-ci promet d’apporter aux Premières Nations les outils nécessaires pour le combattre. Cette promesse est un moindre mal, selon la députée Blondin-Andrew, qui estime que la situation pourrait être pire. « Nous prenons l’argent que nous pouvons parce que nous sommes en compétition avec tellement d’autres enjeux», a-t-elle ajouté après la lecture du document qui s’est déroulée à Rideau Hall.

De son côté, la porte-parole d’Alternative North, Suzette Montreuil, reconnaît que l’administration des programmes se fait plus facilement dans les réserves, mais que cette façon de faire ralentit la guérison. « Si on veut vraiment résoudre le problème, il faut le considérer dans son ensemble et non pas en partie », a-t-elle souligné, déplorant le manque de détails dans le discours concernant, entre autres, les montants d’argent qui seront versés dans la Prestation nationale pour enfants.

Le gouvernement veut également mettre sur pied une vaste campagne d’immunisation pour les Premières Nations, qui souffrent toujours de certaines maladies pratiquement enrayées auprès de la population non autochtone, comme la tuberculose. La petite enfance n’a pas été négligée et est visée par certains programmes de développement. Le Programme d’aide préscolaire offert aux Premières Nations devrait recevoir de nouveaux fonds.

Sur le plan du développement économique, le premier ministre a promis une aide supplémentaire à Entreprise autochtone Canada, afin d’aider les Autochtones et les Inuits à bénéficier des avantages issus, entre autres, du développement pétrolier et gazier. La députée Blondin-Andrew a annoncé que l’organisme recevra 185 millions de dollars, somme qui était déjà prévue dans le budget pour l’année fiscale 2002-3002.

L’annonce d’un financement accru dans un programme d’infrastructures qui s’échelonnera sur 10 ans a enchanté la députée Blondin-Andrew, qui entrevoit la lumière au bout du tunnel. Ce programme, conçu pour les villes, améliora substantiellement le logement et le réseau routier. « Je vais m’assurer que Yellowknife soit considérée comme une ville. Nous avons de grands besoins à cause du boom économique. Nous faisons face à plusieurs problèmes, dont l’accès au territoire et aux programmes et services en infrastructure. Je vais faire de la pression parce qu’il y a là une occasion en or. », a indiqué la députée de Western Arctic.

Le groupe Alternative North, pour sa part, estime que tant que le modèle de financement per capita ne sera pas revu et corrigé, les villes du Nord ne pourront pas avoir accès à ces programmes d'infrastructure « tant et aussi longtemps que l'on adoptera ce modèle le Nord sera perdant », a résumé la porte-parole.

Parmi les autres mesures proposées, le gouvernement s’est engagé à favoriser l’épanouissement des langues et cultures autochtones, en plus de développer une approche communautaire en matière de justice pour tous les Autochtones, plus spécialement les jeunes vivant dans les réserves et les Autochtones du Nord.

Alternative North souligne que ces promesses arrivent bien tard dans le mandat du gouvernement Chrétien. « Ce sont des programmes historiquement associés à un gouvernement libéral. On espère que le gouvernement se rappellera de ses racines. »

Les initiatives présentées lors du discours du Trône devront, avant toute chose, être approuvées par le ministre des Finances, John Manley, qui verra au printemps prochain si les coffres du gouvernement peuvent soutenir tous ces projets.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages