S'abonner à Médias Ténois

Trafic de stupéfiants : La GRC opère

31 mars 2011
0 Commentaire(s)

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) effectue une rafle auprès des trafiquants de stupéfiants aux Territoires du Nord-Ouest.


Au moment d’écrire ces lignes, près de 13 personnes ont été arrêtées aux Territoires du Nord-Ouest pour des crimes reliés au trafic de stupéfiants. Au total, 22 personnes ont été identifiées par la GRC et cette dernière précise que d’autres arrestations seront à venir à Hay River, Fort Smith, Yellowknife et Inuvik.

Le caporal Wes Heron, aussi porte-parole pour la GRC, explique que cette rafle n’est pas issue d’une opération policière en tant que telle, mais du fait que plusieurs enquêtes dans les différentes collectivités aboutissaient, au même moment. « Cela nécessite beaucoup de ressources que d’effectuer des arrestations comme celles-ci », rappelle-t-il, en soulignant que des ressources du quartier général de Yellowknife ont été déployées en région.

À Hay River seulement, sept personnes ont été inculpées de crimes reliés aux stupéfiants, depuis le 23 mars dernier. À Fort Smith, ce sont deux individus, âgés de 19 et 27 ans, qui font face à des chefs d’accusation pour trafic de drogues, et à Inuvik, un homme fait face à trois chefs d’accusation pour le même motif. Les drogues impliquées dans les crimes sont la cocaïne, le crack (ou cocaïne épurée), l’ecstasy, l’oxycodone, la morphine et le cannabis. « Ici, à Hay River, nous faisons face principalement à des trafics de cocaïne (incluant la cocaïne épurée), la marijuana et l’ecstasy », informe le sergent Scott Buchanan. Il ajoute que la drogue est un problème majeur à Hay River : « C’est une de nos premières priorités. »

« J’espère que le message est bien là », laisse tomber le caporal Heron, en rappelant que des enquêtes sont toujours en cours à la GRC.

Interrogé par L’Aquilon au sujet de ces arrestations massives, Morgan Charles Monkman, un ancien trafiquant de drogues de Hay River, se questionne : « Vont-ils vraiment enrayer le problème? Tout ce que ça fera, c’est que des trafiquants en provenance du Sud viendront établir un nouveau réseau ici. » Ce que le sergent Buchanan ne nie pas : « C’est vrai qu’il y aura toujours une relève peu importe d’où elle provient. »

« La clé, c’est d’éduquer le public et les jeunes », reconnaît le sergent Buchanan, qui prend part aux divers comités créés à ce sujet, à Hay River, dont le comité Drug Free Zone. Pour le caporal Wes Heron, ce sont les jeunes qui sont les plus susceptibles d’être influencés vers la drogue. Or, rappelle-t-il, se sont eux qui constituent la majorité de la population ténoise. Morgan Charles Monkman, âgé de 21 ans, abonde dans le même sens en soutenant à son tour que l’éducation est primordiale : « Les trafiquants ne se posent pas de questions sur ce qu’ils font, ils font tellement d’argent! » Le jeune homme ajoute : « Ce n’est pas la bonne route à prendre, ça ne vaut pas la peine… »

Le sergent Buchanan rappelle que sans l’aide des communautés, « leur travail s’avère une tâche impossible ». La GRC rappelle que le trafic de drogues illicites et illégales, en plus de porter atteinte au potentiel économique ténois, nuit de façon considérable à la santé, la sécurité ainsi qu’aux liens qui se tissent dans les communautés entre les familles, les gens et les jeunes.
La division « G » de la GRC invite toute personne avec des renseignements sur la vente, la culture, l’importation ou l’expédition de drogues illicites ou d’argent illicite, à communiquer avec leur détachement de la GRC ou avec « Échec au crime »?(anonymat garanti) au 1-800-222-TIPS (8477).