S'abonner à Médias Ténois

Éditorial : L’enfer est pavé de bonnes intentions

03 février 2011
0 Commentaire(s)

L’annonce du financement pour le refuge pour animaux de la Société de prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) des Territoires du Nord-Ouest, situé à Yellowknife, ne pourrait pas tomber plus à point dans les nouvelles.

À Hay River, on titre en gros le procès de cette résidente de 67 ans (elle a plaidé non-coupable) qui possédait plus de 109 chiens sur sa propriété, dans des conditions médiocres. À Yellowknife, c’est le dénommé Garlic, un pauvre pug, qui a été battu à mort par un jeune vandale pour des raisons obscures, mardi dernier. Sans compter la loi sur les chiens aux TNO qui provoque des débats assez houleux, par les temps qui courent.

Comment ne pas voir d’un bon œil ce nouveau refuge – écologique, soit dit-en passant – pour les animaux à Yellowknife? Surtout qu’il se veut territorial et éducationnel. J’ai, moi-même, voté pour ce projet. Qui ne veut pas sauver les animaux de la planète?
La question n’est pas là.

En juillet dernier, Inuvik a passé à un cheveu de perdre son refuge pour les sans-abris. Il en coûte 300 000 $ pour le tenir ouvrir. Il permet à une bonne dizaine de personnes de se loger. Et pis, on pourrait voir Inuvik comme une ville chanceuse, Hay River, elle, n’en a pas de refuge.

Je m’en veux de ne pas avoir soumis ce projet trop souvent laissé de côté. Quand je repense à cette dévouée Laura Rose, qui se donne corps et âme à nourrir les plus démunis à la Soup Kitchen, je me demande comment j’ai pu passer à côté. Ça fait un an qu’elle attend de seulement changer de trailer. Le gars qui voulait l’aider, ne pouvait plus finalement, et l’autre après, ben lui non plus finalement, il ne pouvait plus.
Comme quoi, l’enfer est vraiment pavé de bonnes intentions.