Élections territoriales 2019 : L’Assemblée la plus féminine au pays

La conseillère municipale de Yellowknife, Cynthia Mufandaedza félicite Julie Green pour sa réélection dans Yellowknife Centre.
(Crédit photo : Laureen Laboret)

La conseillère municipale de Yellowknife, Cynthia Mufandaedza félicite Julie Green pour sa réélection dans Yellowknife Centre. (Crédit photo : Laureen Laboret)

L’Assemblée législative des TNO sera désormais composée de neuf députées, sept de plus que lors de l’élection 2015, un record qui fait des heureuses et également des heureux.


C’était un enjeu scruté par de nombreuses personnalités ténoises et canadiennes : la présence des femmes à la nouvelle Assemblée législative. Et celle-ci s’est considérablement renforcée avec neuf députées élues, dont sept qui font leur première entrée dans l’institution gouvernementale. Ainsi, les comtés de Great Slave, Inuvik Boot Lake, Inuvik Twin Lakes, Kam Lake, Range Lake, Sahtu, Thebacha, Yellowknife Centre et Yellowknife Sud ont tous choisi de faire confiance à une femme pour les quatre années à venir.

Des initiatives encourageantes
Avant d’avoir les résultats finaux mardi, et alors que trois femmes seulement ont reçu la confirmation d’être élues, Caroline Cochrane, la députée sortante réélue de Range Lake, s’exclame : « je suis extatique ! Nous n’avons jamais eu plus de trois femmes dans l’histoire de l’Assemblée législative. À partir de quatre, nous allons donc écrire l’Histoire ». Celle qui s’intéresse à la place de premier ministre ne croyait pas si bien dire aux vues des résultats de la soirée.
Si le nombre de candidates en 2015 était si bas, c’est parce que les femmes n’avaient pas été encouragées à se présenter. À cette époque, seulement neuf femmes sur un total de 60 candidats étaient présentes dans la campagne. Ce mardi, 22 femmes affrontaient 36 de leurs homologues masculins, soit plus du double qu’il y a quatre ans. Un fait historique qui propulse les TNO à la tête des provinces et territoires canadiens ayant le plus de représentation féminine parmi ses membres de la législature.
Cette percée considérable n’aurait certainement pas pu avoir lieu sans l’aide de plusieurs campagnes de sensibilisation pour mobiliser leur participation à la vie politique. Julie Green, qui a activement participé à promouvoir des campagnes telles que Women in Ballot, laisse éclater sa joie à l’annonce des résultats : « je suis très fière de toutes les candidates qui se sont présentées pendant cette campagne », confie-t-elle avec émotion durant la soirée électorale.
Si cette sensibilisation semble avoir fait la différence, ça n’est pas Katrina Nokleby qui dirait le contraire : « si je n’avais pas suivi les ateliers des campagnes encourageant les femmes à faire de la politique, je sais que je n’aurai pas été candidate », avoue-t-elle, peu après sa victoire. Elle ajoute que de tels ateliers lui ont également permis de construire une forte appartenance de groupe avec d’autres participantes, telles que Caitlin Cleveland et Caroline Wawzonek, elles aussi élues. Pour elle, ce travail va jeter les bases de bonnes relations à l’Assemblée lorsqu’elles seront rejointes par leurs consœurs Lesa Semmler, Diane Thom, Chinna Paulie et Frieda Martselos.

Des hommes heureux
Du côté des hommes, cette évolution est également très appréciée. Le député nouvellement élu à Yellowknife Nord, Rylund Johnson, ne cache pas son enthousiasme : « amenez-en des femmes ! » lâche-t-il en ajoutant « c’est la meilleure des choses possibles, je suis très excité ! ». Du côté de Kevin O’Reilly, c’est le même sentiment de satisfaction qui prévaut : « j’espère que le futur des TNO est meilleur ce soir, avec beaucoup de députées féminines ».
Jackson Lafferty, réélu sans opposition du côté de Monfwi, met en avant son implication dans les campagnes d’encouragement : « j’ai présenté une motion à la chambre afin d’augmenter le nombre de femmes dans l’Assemblée législative. J’ai hâte de travailler avec elles, elles apportent une expérience très valorisante ». Il confirme que c’était très important de voir un leadeurship plus féminin émaner de ces élections.
Malgré tout, Caroline Cochrane tempère : « je l’ai déjà dit, c’est le moment pour les femmes d’avoir un siège à la table des discussions, mais nous ne voulons pas tous les sièges, nous voulons juste la parité ! ».

Un changement de dynamique à l’Assemblée ?
Nul doute qu’avec autant de femmes députées, les conversations vont aussi évoluer à l’Assemblée. C’est en tout cas ce qu’affirme Katrina Nokleby : « je pense que lorsqu’il y a plus de femmes au gouvernement, on se concentre plus sur les aspects sociaux, la famille et l’éducation. Je pense que l’on va voir un changement dans ce sens. Mais je suis aussi excitée d’apporter le côté science et ingénieur qui va de pair avec la pensée critique et la résolution de problèmes ».
Pour Julie Green aussi le changement va s’installer à la table des négociations : « autant de femmes élues, cela va changer la façon dont les choses se passent à l’Assemblée », confie-t-elle, pleine d’espoir.
Quant à Caroline Wawzonek, elle est un peu plus prudente, mais ne cache pas, elle non plus, ses espoirs : « les femmes ont des expériences qui sont différentes. La plupart du temps, nous avons l’habitude de prendre soin d’autres personnes. On verra si cela fait une différence. J’espère que cela sera plus agréable de travailler toutes ensemble ».
La question reste de savoir si avec autant de femmes élues, la parité sera respectée jusque dans le cabinet ministériel.
Il faudra pour cela patienter encore un peu. Le plus important, conclut Caroline Wawzonek, est avant tout de se concentrer à « trouver un moyen d’avoir une vision unifiée et travailler ensemble à réaliser cette vision ».

Avec la participation de Maxence Jaillet


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561