Kronik Inuvik

 J’ai toujours aimé les bars crades avec des tables de pool toutes croches pis des jukebox pleins de bon vieux rock.

En ville, y’en a un bar. Juste un. Sinon, y’a le pub de l’hôtel qui pète way plus haut qu’le trou et la Légion qui ressemble à un club de l’âge d’or avec des néons à te couper la soif – ou l’envie d’entrer – pour toujours. Le bar en question porte bien son nom : The Mad Trapper. Le trappeur fou de la rivière aux rats. Vous avez surement entendu parler de ce badass notoire, objet d’une chasse à l’homme épique à travers les montagnes Richardson pendant plus de 48 jours. C’était au début des années trente. Le gars, dont on ignore toujours la réelle identité, est devenu populaire – médias aidants – pour avoir tiré sur des agents de la GRC, avoir réussi à les déjouer, à se sauver de tous et à survivre dans des conditions extrêmes : le nord du Nord en hiver. De fait, on n’a pas exactement affaire à une place d’enfants d’chœur. Plutôt un lieu de survivants, oui. En tout cas, le bar le plus thrash qui m’a été donné de visiter. On m’a dit : Be careful, le regard grave. On m’a dit : Don’t go there by yourself, le ton sérieux. Trop tard. Je savais très bien. Un soir, dans un état téméraire, j’y ai suivi des gars rencontrés sur la trail. Honnêtement, à côté du jeune con qui te poke le cul quand tu tires au billard (et qui se fait subito remettre à sa place) ou du gros grizzli qui te manifeste son affection d’un peu trop près, le plus effrayant dans cette place-là, c’est vraiment l’état des tapis. Faut dire que je pars toujours avant minuit… Et que je suis moi-même bien trop mad pour me faire trapper !


La célèbre institution est présentement à vendre pour 1,1 million de dollars. Avis aux intéressés !


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561