Bevington saute dans la mêlée : Élections fédérales

04 juin 2004
0 Commentaire(s)
Dennis Bevington, de Fort Smith, est officiellement entré en campagne électorale cette semaine. Le 25 mai dernier, le candidat néo-démocrate de la circonscription de Western Arctic, Dennis Bevington, était devant le bureau de poste de Yellowknife afin de rencontrer les piétons. Par la même occasion, celui-ci débutait officiellement sa campagne électorale. Lors de catte campagne électorale, l’ancien maire de Fort Smith aimerait discuter de la voix des TNO à Ottawa. « Nous avons toujours besoin d’une voix forte à Ottawa pour parler de ce nouveau territoire qui émerge et qui donnerait plus de soutien aux idées du gouvernement territorial à Ottawa. En tant que député, j’aimerais encourager le gouvernement à travailler étroitement avec les groupes autochtones pour présenter un front uni à Ottawa ». M. Bevington entend ainsi mettre fin à « la stratégie libérale du diviser pour régner ». Parmi les autres thèmes qui seront chers à M. Bevington, on retrouve le soutien aux communautés et l’énergie. « Le coût de l’énergie rend nos gens pauvres. Je veux travailler là-dessus dans le prochain Parlement », dit le candidat du NPD qui a passé les dernières années à travailler sur la Stratégie énergétique des TNO. En fait, ce dernier croit que la plate-forme qu’il avait présentée alors qu’il était candidat à l’élection de 2000, est toujours valide aujourd’hui. « En fait, je pense que plus de gens accordent de l'attention aux enjeux que j’avais soulevés la dernière fois. Je crois aussi que ma visibilité, en tant que candidat est plus grande et que les gens me connaissent davantage », dit-il. Et Dennis Bevington n’hésiterait pas à affronter la députée sortante, la libérale Ethel Blondin-Andrew, à l’occasion d’un débat. « J’ai hâte à tout débat. Chaque fois, il s’agit d’une autre occasion de montrer la différence entre le Nouveau parti démocratique et le Parti libéral et de souligner à quel point il est important d’envoyer un nouveau message à Ottawa et comment ça va faire une différence pour tout le monde aux TNO », dit le candidat. Selon lui, « les libéraux fédéraux forment un parti centralisateur qui veut contrôler la plupart des choses. Quand je regarde le NPD, nous sommes un parti qui veut voir le pouvoir entre les mains des gens ». Pour les TNO, ceci voudrait dire « avoir autant de contrôle politique que n’importe quelle région au pays ». Selon lui, le contrôle politique du développement des ressources aux TNO est le principal enjeu découlant du développement économique aux Territoires du Nord-Ouest. M. Bevington ne cache pas non plus son excitation face à son chef, Jack Layton. « C’est un homme pratique qui place son idéalisme en premier. On peut le voir avec tout ce qu’il a accompli », de mentionner celui qui a travaillé avec M. Layton à la Fédération canadienne des municipalités et sur les Fonds municipaux verts, qui visent à promouvoir les idées de développement novatrices et écologiques dans les communautés. En ce qui à trait au dossier des langues, le candidat ne manque pas de rappeler que c’est alors qu’il était maire de Fort Smith que la municipalité a adopté une résolution reconnaissant le « quadrilinguisme » de la communauté. En effet, alors que des municipalités du pays adoptaient des résolution confirmant leur unilinguisme anglophone, Fort Smith reconnaissant l’anglais, le français, le cri et le chipewyan comme langues officielles. « Nous avons été la première communauté au pays à faire une telle chose », de rappeler celui qui se dit un grand supporteur des droits linguistiques.