Effondrement du plateau glaciaire Milne sur l’ile d’Ellesmere

Des fractures s’étaient formées sur le plateau de glace depuis 2009. (Crédit photo : Derek Mueller)

Des fractures s’étaient formées sur le plateau de glace depuis 2009. (Crédit photo : Derek Mueller)

Luke Copland, titulaire de la Chaire de recherche de l’Université en glaciologie à Ottawa, étudie le plateau Milne depuis 2008. La dernière fois qu’il s’y était rendu, c’était lors de l’été 2015, alors qu’il collectait des données dans le cadre de ses recherches.

Même si des signes de fractionnement étaient apparus sur le plateau depuis 2000 et que cinq fractures majeures avaient eu lieu entre 2003 et 2012, l’effondrement de juillet a étonné l’ensemble des chercheurs.

« Nous nous attendions à un tel évènement, car les fractures observées devenaient de plus en plus larges, mais nous pensions que ça n’arriverait pas avant plusieurs années », indique-t-il.

Les températures particulièrement élevées dans l’Arctique cet été ont également surpris. La moyenne estivale était supérieure de 5 degrés et un record de température de 37 degrés Celsius a été relevé dans le nord de la Russie.

« Les températures élevées ont été une grande surprise et l’Arctique est bien plus chaud que ce que nous avions observé auparavant et nous ne nous y attendions pas », remarque M. Copland.

 

Perte des données scientifiques

Lors de l’été 2019, Jérémie Bonneau de l’Université Carleton, s’était rendu pour la seconde fois sur le plateau Milne dans le cadre de son doctorat. Entre 2018 et 2019, il n’avait pas remarqué de changement notable dans la glace : « Il n’y a pas eu de signe avant-coureur, raconte-t-il, les premiers jours (après l’annonce de l’effondrement) j’étais ébranlé, car nos plans sont tombés à l’eau. »

Plusieurs appareils de mesure des courants, de la température et de salinité de l’eau, ainsi qu’une station météo restés sur place ont été perdus lors de l’effondrement. Si le montant des pertes matérielles s’élève à plus de 90 000  $, M. Bonneau déplore d’abord la perte des données que ce matériel avait permis d’amasser depuis juillet 2019.

« On savait que l’on prenait un risque, mais le plus triste, c’est la perte des données que nous n’avons pas pu télécharger. » En raison de la pandémie, l’équipe de chercheurs n’avait pas pu se rendre sur le plateau comme les autres années.

Le plus urgent, selon lui, est de s’y rendre à nouveau afin de faire le bilan : « Dès que l’on peut y aller, on va se rendre sur le terrain et évaluer ce qui est encore possible de faire là-bas. Une fois que l’on aura évalué sur le terrain comment les choses se passent, on déploiera peut-être des instruments », précise-t-il.

 

Réorientation des recherches

Bien qu’une partie du terrain d’étude de M. Bonneau soit maintenant à la dérive, celui-ci y voit la possibilité de réorienter son sujet de thèse.

« Mon doctorat n’est pas en suspens, mais je vais surement changer la direction de ma recherche, note-t-il. Auparavant j’étudiais l’interaction entre l’océan et la barrière de glace. Maintenant que la barrière n’est plus là, mon étude va plutôt se centrer sur la situation avant et après l’effondrement et comment la barrière de glace peut influencer l’écosystème. »

La plateforme Milne était la dernière plateforme intacte, n’ayant pas subi de fractures majeures dans les 30 dernières années et M. Copland n’envisage pas d’amélioration dans le futur.

« Dans les prochaines années, nous nous attendons à perdre tous les plateaux de glace restants », regrette-t-il.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561