Échos de l’Assemblée

01 novembre 2002
0 Commentaire(s)
Législation pour les personnes âgées

Le député de Frame Lake, Charles Dent, a demandé au ministre de la Justice, Roger Allen, où en sont rendu les travaux du ministère dans la mise sur pied d’une législation protégeant les personnes âgées de la violence et de l’abus. Contrairement aux T.N.-O., selon le député, la plupart des provinces et territoires canadiens ont leur propre série de lois, comme une loi sur les maisons de soins infirmiers ou une loi contre la violence familiale. Le ministre de la Justice a indiqué que le processus est en branle, mais que le Cabinet devra attendre encore quelque temps avant de pouvoir se prononcer sur un projet de loi. De son côté, le député de Yellowknife Sud, Brendan Bell, a rappelé que les centres pour personnes âgées des T.N.-O. ne sont pas spécialisés dans les soins pour personnes atteintes de maladies mentales. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Michael Miltenberger, a laissé entendre qu’il avait déjà beaucoup de pain sur la planche mais qu’il allait tenter de trouver une solution à moyen terme.

Miltenberger évite la question

Le débat sur l’embauche et le maintien en poste du personnel a alimenté les discussions à l’Assemblée législative, alors que la députée de Range Lake, Sandy Lee, a demandé au ministre de la Santé, Michael Miltenberger, ce qu’il fait présentement pour régler le problème, outre produire des rapports et des études. Une infirmière a récemment confié à la députée qu’elle avait dû laisser son emploi car elle n’arrivait pas, avec son salaire, à s’acheter une maison. Cette remarque de la députée fait suite aux récentes études du ministère qui affirment que le salaire n’est pas la première motivation des infirmiers et infirmières. Le ministre Miltenberger n’a pas répondu directement aux questions de Sandy Lee.

Recensement

Le ministère des Finances est en train de refaire le calcul statistique des T.N.-O. Questionné par la députée de Range Lake, Sandy Lee, le ministre Joe Handley a indiqué que le Bureau de la statistique des T.N.-O. est en contact avec Recensement Canada depuis la divulgation, en mai dernier, des chiffres concernant la population. Une première étape a été franchie, c’est-à-dire celle de déterminer combien de maisons n’ont pas été recensées, nombre qui s’élève à 500, selon les estimations. La deuxième étape est en branle depuis la mi-octobre et devrait déterminer le nombre exact de personnes qui n’ont pas été recensées. Le ministère des Finances du fédéral pourrait, selon Handley, utiliser ce calcul en septembre 2003 pour réajuster rétroactivement le financement des T.N.-O. Le ministre n’a pas pu indiquer à combien pourrait s’élever cet ajustement.

Le déficit revu et corrigé

Le ministre des Finances, Joe Handley, a dû réajuster le montant du déficit des Territoires du Nord-Ouest, après la réception de nouvelles données provenant du ministère des Finances du fédéral. Alors que Joe Handley estimait à 60 millions de dollars le déficit, il a dévoilé un chiffre plus près des 100 millions de dollars. Le député de Yellowknife Sud, Brendan Bell, a demandé au ministre s’il comptait couper dans les programmes et services fin de ramener le déficit à 60 millions, chiffre atteint par le précédent cabinet. Le ministre Handley a nié vouloir prendre cette tangente et a usé de prudence en répondant aux attaques de Brendan Bell, qui a soupçonné le ministre de dépenser plus pour démontrer au gouvernement fédéral que les T.N.-O. n’ont pas d’argent.

Désintoxication

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Michael Miltenberger, a admis que son ministère n’en fait pas assez pour soigner les gens aux prises avec des problèmes de drogues ou d’alcoolisme. Ce constat s’est dégagé du récent rapport A State of Emergency, commandé par le ministère. Le ministre a indiqué que le budget annuel alloué au centre de traitement de Hay River est de 5 millions de dollars. Ce centre territorial, par son approche culturelle, ne répond qu’aux besoins d’une infime partie de la population des T.N.-O., soit environ 30 %, ce qui exclu les Inuvialuits, les Gwich’in, les non-autochtones, les jeunes de moins de 18 ans et les métis. Le rapport recommande la mise sur pied d’un centre de désintoxication clinique aux T.N.-O.