Sur les planches : Créer, la langue à terre, aux Îles

06 septembre 2018
Des improvisateurs d'un peu partout au Canada ont perfectionné leur pratique lors des Rencontres de créations spontanées, aux Îles-de-la-Madeleine, du 27 aout au 1er septembre. (Coutoisie : Théâtre Biscornu)

Des improvisateurs d'un peu partout au Canada ont perfectionné leur pratique lors des Rencontres de créations spontanées, aux Îles-de-la-Madeleine, du 27 aout au 1er septembre. (Coutoisie : Théâtre Biscornu)

Une délégation ténoise suit une formation intensive en arts de la scène à Cap-aux-Meules.

Cinq improvisateurs étoiles franco-ténois ont brillé aux Rencontres de créations spontanées, qui avaient lieu la semaine dernière aux Îles-de-la-Madeleine.

L’événement qui s’est déroulé du 27 aout au 1er septembre dernier réunissait des Canadiens de différents territoires et provinces. S’y déroulaient, une variété d’ateliers de création et de spectacles d’improvisation.


La délégation ténoise était composée des improvisateurs de la Ligue d’improvisation de Yellowknife, Alex Assabgui, Stéphanie Vaillancourt et Jessica Payeur, et, du côté de la relève, de Madeleine Kapraelian de l’ école St-Joseph et d’Émilie Gaudreault de l’école Allain St-Cyr.


Un voyage formidable, certes, mais pas nécessairement des vacances, explique l’improvisatrice Jessica Payeur. Les ateliers se sont enchaînés à une cadence effrénée.


Du chant, d’abord. Chants, traditionnel, à répondre, chants de femmes et d’hommes, détaille Jessica Payeur. Et puis du conte, continue l’improvisatrice. Contes, fantastiques ou philosophiques, moraux, satiriques ou glauques. On parle itou, d’impro, de jeu physique, de mime, ateliers dirigés par François-Guillaume Leblanc qu’on a pu voir à Yellowknife ce printemps dans le cadre du Ratafia d’improvisation.

Contes permutatoires
Ce qu’on apprend dans les différents ateliers peut être combiné sur scène, note Mme Payeur. Elle-même se propose de transmettre ses acquis aux résidents des TNO lors d’activités culturelles.


« Je me suis découvert des talents de clown, avoue-t-elle. Je n’avais jamais fait ça avant. »


Jessica Payeur dit avoir adoré les ateliers de contes. Les participants devaient inventer une histoire à partir de cartes désignant un allié, un objet magique, etc.


« Nous sommes tous tombés en amour avec ce jeu, de dire Mme Payeur, qu’on aimerait ramener à Yellowknife. »

Spectacles
Le 1er septembre, à la clôture des Rencontres, les représentante de la relève, Madeleine Kapraelian et Émilie Gaudreault, auxquelles il n’a pas été possible de parler pour cet article, ont participé, avec les représentants d’autres provinces à un tournoi d’improvisation.


Leurs aînés ont, quant à eux, participé, le 31 aout, à un spectacle où se sont succédé conte, chant et théâtre.


Lors d’un autre spectacle, des improvisateurs ont exercé leurs talents en s’imaginant être sur un plateau de tournage… pas complètement imaginaire, puisqu’un montage des meilleures scènes a été présenté plus tard.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages