S'abonner à Médias Ténois

COVID-19 : le vaccin offert aux enfants de six mois à cinq ans des TNO

Les jeunes enfants âgés de six mois à cinq ans pourront, dès cet été, se faire vacciner contre la COVID-19 aux Territoires du Nord-Ouest. Les parents et tuteurs sont invités à prendre rendez-vous dès le 25 juillet.

Thomas Éthier
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

Il sera possible d’obtenir un rendez-vous à Yellowknife et dans les collectivités, à l’échelle du territoire, « au fur et à mesure que les doses de vaccin sont expédiées dans les centres de santé locaux », lit-on dans un avis public publié le 21 juillet.

Les doses pour les six mois à cinq ans seront notamment offertes les mercredis et vendredis à la clinique de vaccination sans rendez-vous du centre Center Square Mall de Yellowknife. La santé publique recommande de prendre rendez-vous au préalable.

Pour l’ensemble du territoire, les parents et les tuteurs sont invités à « se tenir au courant des séances de vaccination locales offertes, ou à communiquer avec leur service de santé publique ou centre de santé local pour savoir quand des séances auront lieu dans leurs collectivités », selon ce qu’indique la santé publique.

Le vaccin Spikevax de Moderna a obtenu le 14 juillet l’approbation de Santé Canada pour les six mois à cinq ans.

« L’essai clinique a montré que la réponse immunitaire au vaccin Spikevax chez les enfants de six mois à cinq ans était comparable à celle observée chez les personnes de 18 à 25 ans lors d’une étude précédente », lit-on sur le site de Santé Canada. L’efficacité du vaccin aurait été évaluée durant la vague Omicron, qui a frappé le Canada et les États-Unis à l’hiver 2021-2022.

 

Dose de rappel retardée aux TNO

Les adultes de 18 à 49 ans souhaitant obtenir leur prochaine dose de rappel contre la COVID-19 devront quant à eux attendre. La ministre de la Santé et des Services sociaux des TNO, Julie Greeen, a déclaré le 20 juillet que le déploiement de cette quatrième dose doit être retardé en raison de la pénurie de personnel infirmier qui affecte les 11 centres de soins de santé du territoire.

La quatrième dose – ou seconde dose de rappel – est présentement accessible aux adultes de 50 ans et plus du territoire. L’Administration des services de Santé et de Services sociaux des TNO compte l’offrir aux adultes de 18 à 49 ans à partir de l’automne, selon la ministre.

« Plusieurs centres de soins de santé n’offrent présentement que les services d’urgences, et nous ne sommes pas en mesure de déployer nos vaccins à travers le territoire pour l’instant », a-t-elle écrit sur Twitter.

La ministre souligne que l’offre actuelle de vaccin aux TNO est conforme aux lignes directrices du gouvernement du Canada, qui recommande « d’offrir une dose de rappel […] aux personnes de 50 ans et plus », et de la proposer aux personnes de 18 à 49 ans.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.