« Comme si ça s’était passé ici »

Des chaussures sont placées non loin du site du pensionnat Akaitcho Hall qui a fermé ses portes en 1994, à Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)

Des chaussures sont placées non loin du site du pensionnat Akaitcho Hall qui a fermé ses portes en 1994, à Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)

L’heure est au recueillement pour les résidents des Territoires du Nord-Ouest, consternés par la découverte de ces 215 enfants, inhumés dans un charnier durant des décennies. Des enfants qui auraient pu être les leurs.

Thomas Ethier
IJL – Réseau.Presse — L’Aquilon

Résidente de Behchoko`, Nora Wedzin a séjourné au pensionnat de Fort Smith à la fin des années soixante. « Je me rappelle mon arrivée. L’édifice était froid, tout était très froid et austère, rien n’était chaleureux, décrit-elle. C’était effrayant, nous étions accueillis par des étrangers. Nous avons été retirés de notre zone de confort. »

Mme Wedzin a attrapé la tuberculose au pensionnat. Elle peine aujourd’hui à s’imaginer ce qu’ont vécu les 215 enfants retrouvés à Kamloops. « Quand je pense à tous ses enfants qui ont été retrouvés… Eux ne sont jamais retournés à la maison. Au pensionnat, malade, j’étais très déprimée. À peine rentrée à la maison, j’ai été transférée à l’hôpital. On m’a enlevée de chez moi pour une longue période, et ça a eu un énorme impact sur moi. »

 

Douleur, mémoire et guérison

« C’est comme si ça s’était passé ici, souligne celle qui travaille pour la commission scolaire tlicho. On essaie de passer à autre chose, puis de nouvelles informations sur le sort réservé aux Autochtones font sans cesse surface. Il y a un processus de réconciliations au Canada, mais quand ce genre de nouvelle surgit, je suis en colère et je suis blessée. Quelles seront les prochaines nouvelles ? »

Des sentiments partagés par Angela Canning, dont les deux parents, comme d’autres membres de sa famille, ont séjourné dans des pensionnats indiens. En apprenant la nouvelle, elle a d’abord pris le téléphone. « Ma mère est celle qui a été la plus affectée par le pensionnat. Je l’ai appelée, mais elle n’aime vraiment pas parler de son expérience. »

Profondément affectée, la résidente de Yellowknife a décidé d’organiser, le 1er juin, une vigie sur le site de l’ancien pensionnat Akaitcho Hall, l’un des derniers à avoir fermé ses portes au pays, en 1994. « C’est une chose que je devais faire, explique-t-elle. Je voulais rendre hommage aux enfants disparus et amasser des dons. Cela fait partie du processus de guérison. »

L’initiative s’ajoute à plusieurs du genre dans les collectivités des TNO. La Première Nation de K'atl'odeeche, par exemple, a présenté une cérémonie de tambours pour favoriser la guérison de ceux qui en ont besoin. Le gouvernement ténois, les collectivités et les municipalités ont mis leurs drapeaux en berne.

Mme Canning dit elle-même vivre un moment de détresse, et peine à décrire ses émotions. « Pouvez-vous vous imaginer ? On vous enlève vos enfants, on ne vous les ramène jamais, vous n’entendez plus parler d’eux et personne ne vous explique ce qui leur est arrivé ?, demande-t-elle, la voix tremblante. Je suis horrifiée, triste et en colère. »

 

De la parole aux actes

Replongée dans sa propre expérience du pensionnat, Nora Wedzin veut maintenant des réponses. « J’ai envie de pleurer. On parle de bébés, qui dépendaient de leur entourage pour prendre soin d’eux et les protéger. On les a cachés dans ce cimetière, et ce, pendant des années. Comment ont-ils été traités ? Comment sont-ils morts ? Ils ne seront jamais oubliés. Nous les gardons dans nos prières, ainsi que leurs familles et tous les survivants des pensionnats indiens », a-t-elle tenu à déclarer.

Dans un communiqué de presse émis le 2 juin, la Nation Déné des TNO et le grand chef Norman Yakeleya appellent les églises du Canada à « reconnaitre activement leurs mauvaises actions et contribuer à la poursuite de la vérité et de la justice, pour faire honneur à tous les enfants victimes des pensionnats indiens, comme recommandé par la Commission de vérité et réconciliation. »

« Les familles attendent toujours que leurs enfants reviennent à la maison, affirme le Grand chef Yakeleya dans le communiqué. Assez, c’est assez. Le gouvernement fédéral et les églises doivent admettre leurs torts, sur la route de la réconciliation. Il est temps que nous dévoilions les noms de ces enfants et que nous les ramenions chez eux. » On exige également que tous les paliers de gouvernement collaborent à la recherche de potentiels sites d’enterrement cachés sur le territoire.

La Nation dénée organise une marche et une cérémonie d’honneur en mémoire des survivants des pensionnats indiens à Yellowknife, le vendredi 4 juin. Le rassemblement est donné à midi sur le site de l’ancien pensionnat Akaitcho Hall, près de l’école secondaire Sir John Franklin.

Selon ce que rapporte la Commission de vérité et réconciliation, on estime que jusqu’à 6000 enfants seraient morts alors qu’ils séjournaient dans un pensionnat indien au Canada. La ligne d’écoute téléphonique des pensionnats indiens est en service 24 heures sur 24 et fournit de l’aide aux survivants et à ceux qui sont affectés par la sitution : 1-866-925-4419.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561