S'abonner à Médias Ténois

Paddlefest 2013 : « C’était hallucinant! »

08 août 2013
0 Commentaire(s)
La course de ballon de plage est une des activités du Paddlefest qui impliquent du plaisir, des kayaks,
un peu de stratégie collective et beaucoup d'eau. (Photo : Elianta Jaillet)

La course de ballon de plage est une des activités du Paddlefest qui impliquent du plaisir, des kayaks, un peu de stratégie collective et beaucoup d'eau. (Photo : Elianta Jaillet)

Près de 350 personnes se sont réunies sur les rochers de la rivière des
Esclaves lors du Paddlefest de Fort Smith. Un record pour le festival.

 

Cette 6e édition du festival est aussi la plus grosse ayant eu lieu jusqu’à maintenant. Avec le départ de l’organisatrice Kirsten Bradley (en voyage autour du monde avec sa famille pour les treize prochains mois), l’organisation a été léguée à Geneviève Côté, une kayakiste francophone impliquée dans le festival depuis ses tout débuts. « Merci à dame Nature! Elle a vraiment créé le succès de cette année et, ça, c’est indéniable! », s’exclame Geneviève. Plutôt modeste, la jeune femme en est déjà à établir son plan de match pour la prochaine édition : « Je suis très excitée de le refaire l’an prochain! »
Au menu de la nouveauté cette année, c’est surtout le volet formation qui a été mis de l’avant grâce à la participation d’Aquabatics Calgary. Chargée d’organiser un camp de kayak pour adolescents et des sessions pour adultes, l’école de formation (qui est aussi une boutique axée sur le kayak) de Calgary a offert un vent de fraîcheur aux participants. « C’est rafraîchissant d’avoir de nouvelles personnes, ils ne donnent pas les formations de la même manière que nous avons l’habitude de le faire, explique Geneviève Côté. On a appris de nouveaux trucs que l’on va pouvoir ajouter à nos formations régulières! »
L’organisatrice partage que le but du Paddlefest est de faire découvrir, non seulement aux touristes, mais aussi aux gens locaux, les joies nautiques qu’offrent les rapides près de Mountain Portage : « Les gens d’ici ne savent même pas qu’il y a davantage de rapides que dans la section de la rivière appelée Rapids of the drown! » Elle ajoute qu’un jeune homme de 13 ans, originaire de Fort Smith, s’est découvert une véritable passion pour le kayak durant le camp offert la semaine précédant le Paddlefest : « Il incite dorénavant sa famille à venir le voir. Son père, qui vient de Fort Smith, ne savait même pas que ces rapides existaient! » Si le Paddlefest attire davantage de touristes chaque année, Geneviève Côté insiste sur l’importance de ce festival auprès de la population locale. « On essaie de se dégager du kayak, rapporte l’organisatrice. On veut trouver des activités qui fitent à tout le monde. » Le Club de Kayak de Fort Smith a d’ailleurs fait l’acquisition d’équipement pour du rafting, l’an dernier, et il compte en racheter davantage cet automne.

Une forte présence francophone
De Jasper à Yellowknife, la famille Gréau en visite au Canada profitait clairement de son voyage au pays, lors de sa halte au Paddlefest. Dominique et son mari, Olivier, avec leurs trois enfants, Alexandre, 12 ans, Pierre, 14 ans, et Benjamin, 18 ans, tous originaires de la France, ont apprécié les plaisirs qu’offre la nature sur les berges de la rivière Slave. « C’était toute une aventure! », raconte d’ailleurs Alexandre qui s’est initié au kayak de rivière. Son père, Olivier, a pagayé dans les rapides sous les encouragements des spectateurs. Ils repartaient avec des étincelles dans les yeux… ou était-ce le reflet des aurores boréales qui ont profité du week-end pour faire leurs premières apparitions dans le ciel ténois? Toujours est-il que la forte présence de francophones lors de l’événement était notable par tous. « La moitié [des gens] presque! », blaguait Jean-Philippe Marquis, un Québécois installé en Colombie-Britannique, en visite depuis quelques semaines à Fort Smith. Il en était à sa première expérience à vie dans un kayak. Parmi les spectateurs francophones, nombreux étaient ceux qui y avaient déjà participé et qui revenaient simplement au festival. « On a créé un attrait touristique!, se réjouit Geneviève Côté. Ceux qui sont venus cette année ont presque tous dit qu’ils voulaient revenir! » L’organisatrice soulève en riant que le festival devra bientôt s’inquiéter de prendre trop d’ampleur.
Pour l’an prochain, en plus d’accroître le volet réservé aux cours, le Club de Kayak de Fort Smith mise sur le rafting et davantage d’activités nautiques pour satisfaire les besoins variés de ses spectateurs. « On essaie aussi d’attirer des gros noms de l’univers du kayak pour participer l’an prochain », rajoute l'organisatrice, qui précise que le volet Web du Club est assez développé. « Les kayakistes ne se rendent pas toujours compte à quel point c’est facile de se rendre ici! »