Les Évadés - Chronique aventure : Volontaire pour l'extraordinaire

23 février 2017
Longues nuits d'aurores (Courtoisie : FT)

Longues nuits d'aurores (Courtoisie : FT)

Pour faire changement du quotidien, Florence Tapias, originaire de Calvi, en Corse, voyage grâce au volontariat.
 
Florence Tapias a l’habitude du volontariat. Munie de ses expériences passées en Australie et en Nouvelle-Zélande, « à droite à gauche », elle en est à sa deuxième saison au Blachford Lake Lodge, un centre de villégiature situé à 25 minutes de vol de Yellowknife.

Avec son profil sur le site Helpx.net, elle communique avec des hôtes qui cherchent des voyageurs désireux de donner main-forte à court terme en échange de nourriture et de logement. Florence s’est déjà occupée de moutons, a nettoyé les fesses des diables de Tasmanie, a tracé des chemins dans la forêt à coups de machettes et a ramassé des kiwis.

Le volontariat lui permet de faire des choses qu’elle n’aurait pas la chance de faire à la maison. « Au final, tu apprends des choses et tu partages la vie de quelqu’un qui est passionné par celles-ci. C’est ce qui est intéressant aussi ».

 Une façon de voyager sans dépenser
Logée, nourrie, elle ne paie que ses déplacements, pour lesquels elle a économisé avant de partir. Cela lui permet de se rendre jusqu’à des endroits comme le Blachford Lake Lodge. À ce moment-ci, une quinzaine de personnes s'impliquent pour une période minimale de deux mois dans cet établissement. Certains restent plus longtemps, d’autres partent.

Des gens de Hong Kong, du Japon, de la Slovénie, du Québec, de la France, d’Australie et de Nouvelle-Zélande se partagent les tâches. « On vient de partout », dit Florence. 

Ils entretiennent la propriété, pompent de l’eau, coupent du bois, accueillent les touristes, sont guides de randonnée, nettoient les panneaux solaires : ce qu’il faut pour faire fonctionner le Blachford Lake Lodge.

Certains vivent dans une maison pour le personnel alors que d’autres dorment dans des tentes.

« Pas juste celles que tu déplies », précise-t-elle en riant. Équipées d’un poêle à bois, elles sont chauffées et la température peut osciller « entre 60 et -10 degrés».
 
Se réhabiliter

À la suite de deux mois d’engagement, les volontaires sont envoyés en ville pour de réhabiliter à la civilisation.

« Histoire qu’on reste pas trop into the wild, mais qu’on se réhabitue aussi à la ville. Ils disent que c’est pour pas qu’on soit trop bushed », raconte la jeune femme. Elle n’en avait pourtant pas envie, de cette réhabilitation : « Je ne sais pas trop, je ne voulais pas y aller. J’étais bien là-bas, on a une petite communauté. »

Elle essaie d’expliquer la raison de cette sortie en ville : « qu’on voit d’autres personnes, qu’on aille dans les magasins, il y a des choses peut-être qui nous manquent? »

Au restaurant et au supermarché, lors de son passage en ville, elle est obnubilée par les choix qu’elle a à prendre et par le fait de voir des écrans de télévision dans les restaurants. Dans le bush, elle se tient loin de l’actualité.

« On ne prend pas trop de nouvelles du monde [...]. On ne s’intéresse pas vraiment à ce qui se passe à l’extérieur en fait. On est bien avec les arbres, le tipi, la communauté. On discute, parce qu’on n’a pas nos téléphones, du coup, sur nous. On n’a pas nos téléphones à table et on se parle, on ne se prend pas en photo. On discute quoi! On réapprend une espèce de vie sociale vraiment, sans Internet. On apprend à vivre plus sainement. »

Se promener pour passer le temps
« Il y a des trails, des points de vue, on va prendre des photos des aurores boréales, on dort dans des igloos, on lit, on a plein de bouquins sur la nature, on a des romans, mais en général, on passe du temps ensemble à parler, à discuter, à partager des expériences de ce qu’on a fait avant, d’où [on] vient, et à rigoler. On ne se connait pas au début et on devient les meilleurs amis du monde en deux jours quoi. »

On appelle aussi le Blachford Lake Lodge Winter Wonderland.

Pour la voyageuse, l’expression vient, entre autres, du fait que la lumière et les couleurs du ciel y sont fascinantes. « Il y a un endroit où il y a un tipi, un point de vue (look-out) et de là, on voit le coucher du soleil. Les couleurs du ciel, le dégradé de bleu, le dégradé de rose, d’orange au coucher du soleil... Je trouve que le soleil est passionnant là-bas. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.