Chronique chasse et pêche : Une visite inopinée

07 janvier 2016
0 Commentaire(s)

Chaque année, des histoires de rencontres inattendues avec les ours noirs, les plus farfelues les unes que les autres, viennent enrichir nos histoires de pêche. Camping sauvage coïncide souvent avec une visite-surprise avec nos voisins les ours. Malgré nos précautions, les ours arrivent plus souvent qu’autrement à survenir de nulle part pour s’approprier un brin de civilisation. Encore cette année, j’ai dû cohabiter avec eux lors de mes nombreuses excursions dans le bras Est du Grand Lac des Esclaves. J’adore leur compagnie, mais par mesure de sécurité, il faut garder une certaine distance pour éviter l’irréparable. Ayant choisi d’installer mon camp de base principal sur une île éloignée de la rive, j’étais plus que certain de ne pas avoir à partager mon habitat estival avec eux. Toutefois, laissez-moi vous racontez en quelques lignes que je m’étais trompé.

L’an passé, comme à toutes les années, la famille se regroupe pour le voyage de pêche annuel. C’est lors de cette sortie de pêche que nous avons croisé notre quadrupède, un ours des plus effronté. Encore aujourd’hui, je suis persuadé d’avoir côtoyé le même spécimen tout au long de l’été. Son attitude était très distincte et des plus explosive. En somme, il ne possédait pas les caractéristiques d’un ours noir habitant à quatre heures de bateau de la civilisation. Normalement ce type de comportement, se retrouve dans les sites de camping de plus grande envergure. Mon fils Alexis m’a souvent accompagné afin de m’aider à maintenir un service hors pair à nos clients et c’est lui qui a aperçu notre « coloc » pour la première fois.
C’était dans les premiers instants d’une superbe journée ensoleillée, j’étais en train de faire le petit déjeuner avec Alexis et un client lorsque mon fils m’a dit soudainement : Papa, il y a un ours sur l’île. J’ai immédiatement scruté la rive de l’île voisine afin d’apercevoir l’ours et sans perdre un instant, Alexis m’a dit calmement : Non papa, sur notre île, tout juste devant nous. C’est au même moment, que j’ai aperçu un gros mâle adulte couché à quelques pieds devant nous. En effet, couché, et sans même démontrer aucun souci de notre présence. Rapidement, les clients ont été déplacés dans l’embarcation pendant que nous chassions l’ours de l’île avec du « bear spray ». Quelques semaines plus tard, après l’ouverture de la chasse à l’ours, Alexis et moi n’avions qu’une seule chose en tête… J’ai alors proposé à mes clients de regarder les rives et de porter attention aux alentours afin d’apercevoir notre ours. C’est le lendemain de l’ouverture, pendant notre souper, que la petite Elsie (la petite fille d’un client) a demandé à sa mère : Maman c’est quoi ça? Et voilà, l’ours traversait les eaux qui nous séparaient de l’île voisine, Il était à moins de cent pieds de nous. Sans aucune hésitation, j’ai saisi ma carabine pour l’abattre.
Toujours avec le plus grand respect, la peau et la viande furent prélevées de l’animal. J’ai partagé la viande avec mes clients et je leur ai également donné la peau afin qu’ils puissent garder un souvenir de notre superbe aventure.