Festival Northwords : Une question d'identité

Amber O'Reilly a participé aux activités de Northwords (Photo : Vincent DesForges)

Amber O'Reilly a participé aux activités de Northwords (Photo : Vincent DesForges)

La 11e édition du festival d’écriture et de lecture Northwords s’est déroulée durant la fin de semaine
du 2 au 5 juin 2016, regroupant invités et public autour du thème de l’identité.

 

Durant la fin de semaine du 2 au 5 juin s’est déroulée la 11e itération du festival Northwords à Yellowknife. Le festival a continué sa tradition d’offrir des ateliers d’écritures, des lectures et des présentations menés par des écrivains locaux et des auteurs reconnus aux niveaux national et international. Les activités incluaient aussi des séances individuelles de mentorat et des tables rondes avec les auteurs.
Les invités d’honneur du festival cette année comptaient parmi eux les écrivains Lawrence Hill (gagnant du Rogers Writing Trust Fiction Prize), Craig Davidson (nominé pour le Scotiabank Giller Prize), Shane Turgeon, Miranda Hill, Annelies Pool, Carol Daniels et Teva Harrison. À ces noms, nous pouvons ajouter ceux de talents locaux, Richard Van Camp et Nick Sibbeston, ainsi que de plusieurs membres de la communauté de Yellowknife. Côté francophone, mentionnons la présence d’Amber O’Reilly et de Batiste Foisy parmi les participants.
Les événements de cette année avaient pour thème l’identité et le fait de « briser le moule » (breaking the mold an englais), mettant en valeur l’identité personnelle, la manière de se raconter et les enjeux entourant les identités communes. Lawrence Hill, par exemple, est un écrivain qui a mis son héritage Africain et les Noirs d’Amérique, plus particulièrement du Canada, au centre de son écriture et de ses livres. D’autres événements s’intéressaient à l’identité féminine et à la sexualité ou, de façon plus personnelle, à l’écriture de mémoires. Toutefois, le thème, pour Tracey Bryant, l’organisatrice du festival, est plus fondamental : « L’identité, c’est à propos des histoires, des histoires que l’on raconte et celles qu’on collectionne. » Le lien qui unit les invités de tous les horizons de cette édition du festival est leur intérêt d’écrire des histoires, sur eux-mêmes ou à propos des autres, et ce qu’une telle décision implique.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.