Santé sexuelle chez les jeunes : Une idée loin d’être banale

Alexa Thomson devant une fresque hommage alors que sa cohorte de jeunes ambassadeurs participe à la commémoration du 100e anniversaire de la bataille d'Arras et de la prise de la Crête-de-Vimy en France par le Corps canadien. (Courtoisie : AT)

Alexa Thomson devant une fresque hommage alors que sa cohorte de jeunes ambassadeurs participe à la commémoration du 100e anniversaire de la bataille d'Arras et de la prise de la Crête-de-Vimy en France par le Corps canadien. (Courtoisie : AT)

En participant au défi « One idea » lancé par EF Canada (Education First) dans le cadre de son programme de Jeunes Ambassadeurs du Canada, Alexa Thomson, une élève de 11e année à l’école Boréale, n’avait pas l’intention de s’embarquer seule. Non, ce sont tous les TNO qui se sont embarqués avec elle…
 

Dans la dernière année, une amie d’Alexa a contracté la chlamydia et six autres filles de son âge se sont retrouvées enceintes. Pour Alexa Thomson, c’est trop. « Mettre plus d’éducation sexuelle dans les écoles, commencer à éduquer [les élèves] plus jeunes et rendre les méthodes de contraception plus faciles d’accès » : voilà le défi de l’étudiante de Hay River.


Ce défi ne vise pas seulement sa communauté, mais tous les Territoires du Nord-Ouest et, potentiellement, le Canada. L’urgence toutefois, pour Alexa, ce sont les TNO, où le taux de transmission d’infections transmissibles sexuellement est sept fois plus élevé que la moyenne nationale et ce, depuis plusieurs années*.


« Personne n’aime aller à la pharmacie, tu connais tout le monde », explique la jeune fille qui aimerait encourager les jeunes à être testés régulièrement à l’hôpital ainsi qu’à utiliser la contraception adéquate.

150 mots
L’idée d’Alexa devait être soumise brièvement à EF Canada. « C’était à peine 150 mots », partage l’étudiante. Elle l’a fait, elle a réussi. « Je pense que je suis la seule des Territoires du Nord-Ouest à avoir appliqué… », s’étonne-t-elle.

Ces 150 mots l’ont depuis menée à Vimy, à Londres, à Paris et en Belgique. Ils l’amèneront bientôt au Parlement à Ottawa, où elle se mettra en équipe avec un ou des membres du Parlement afin de discuter des façons de mettre son idée en œuvre. Michael McLeod, membre du Parlement pour les Territoires du Nord-Ouest, fait partie des partenaires officiels du programme d’EF Canada.


Maxime Mercier, vice-président d’EF Canada, explique qu’Alexa est une des 30 jeunes ayant été choisis au pays afin de participer à cette initiative, qui vise à engager la jeunesse, à en faire un agent de changement dans la société. Le projet, échelonné sur cinq ans, produira une cohorte de jeunes idées chaque année. Celle d’Alexa est la première.

Du soutien
Si M. Mercier reconnaît que la responsabilité de rendre ce projet réel repose énormément sur les épaules du jeune qui en est l’instigateur, il se fait aussi rassurant en énumérant les multiples rencontres orchestrées afin que le jeune puisse interpeller des gens de tous les niveaux.

En plus du partenariat avec le membre parlementaire, les jeunes ont été suivis, en Europe, par un groupe de mentors : « On a créé des liens entre les jeunes et ces vétérans [des directeurs d’école, des directeurs en éducation et des superintendants] en éducation pour faire germer leurs idées. »

Alexa Thomson a eu la chance de travailler étroitement avec Evelyn Wilson, directrice de l’apprentissage à l’Université de Toronto. Lui-même présent, le vice-président est confiant : « C’est (…) très, très inspirant! Quand vous voyez ces jeunes-là, vous vous dites ce sont eux les leaders de demain. »

* Le Rapport public 2016 sur le rendement du système de santé et des services sociaux des TNO, n'a pas été traduit dans son intégralité. veuillez trouver la référence en page 16 dans le document anglophone : http://www.hss.gov.nt.ca/sites/www.hss.gov.nt.ca/files/resources/public-performance-measures-report-2016.pdf


 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.