Archéologie subaquatique : Une équipe d’archéologie subaquatique poursuit des recherches dans l’Arctique

L’équipe d’archéologie subaquatique de Parcs Canada retourne ce mois-ci dans l’Arctique afin de poursuivre des recherches en lien avec l’expédition de 1845 de Sir John Franklin, qui a donné lieu à la disparition de ses deux navires.

Dans le cadre de cette mission, qui se déroulera jusqu’à la fin de septembre, l’équipage retournera sur le site du HMS Erebus. Ce navire a été découvert en 2014 dans les eaux du Nunavut. On y continuera les relevés au sonar et exercer la surveillance en plongée.

Puis début septembre, on poursuivra les recherches du deuxième navire, le HMS Terror. Ces recherches devraient se dérouler durant une semaine.

En mars dernier, le gouvernement avait annoncé une subvention de 16,9 millions de dollars sur cinq ans en appui à ces recherches. Cette mission bénéficie également d’une collaboration avec le gouvernement du Nunavut, des communautés inuites et d’autres partenaires constitués d’organismes publics, d’entreprises privées et d’organismes sans but lucratif.

Le 19 mai 1845, le HMS Erebus et le HMS Terror avaient quitté l’Angleterre pour entreprendre une expédition dans l’Arctique à la recherche du passage du Nord-Ouest. Les deux navires étaient sous le commandement de sir John Franklin et du capitaine Francis Rawdon Crozier, commandant adjoint. Il y avait à bord un équipage de 134 officiers et marins.

Or, personne ne reverra vivants les membres de l’équipage des deux navires, à l’exception de quelques Inuits lors de rencontres occasionnelles.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.