Voyage : Un visiteur survient à Yellowknife

(Krzysztof Chmielewski)

(Krzysztof Chmielewski)

17 ans sur la route, et l’aventure continue.

Souvent, un journal doit pourchasser les nouvelles, mais des fois, les nouvelles se rendent à lui. C’est ce qui est arrivé à L’Aquilon lorsque Krzysztof Chmielewski est arrivé à la porte du journal, nous disant qu’il avait une histoire pour nous : la sienne! Il faut dire que Krzysztof Chmielewski mène une vie plutôt hors du commun. Souhaitant voyager sans grandes dépenses, cela fait maintenant 17 ans qu’il voyage à travers le monde à bicyclette, et lorsque cette dernière lui fut volée, il a continué sur le pouce. Originaire de Pologne, il a beaucoup voyagé dans sa jeunesse avec ses parents. Mais si eux ont arrêté de voyager, lui, il a continué – et il n’a pas arrêté depuis.
Il commence avec les pays périphériques à la Pologne – il visite l’Allemagne, la Hongrie, la République tchèque, la Norvège, la Suède et la Suisse, entre autres, puis les Pays-Bas à plusieurs reprises. Il s’éloigne ensuite de plus en plus de la Pologne et un jour, durant un séjour en Espagne, une porte s’ouvre à lui : un camionneur anglais lui propose de faire chemin avec lui jusqu’au Maroc.
Une nouvelle aventure commence pour ce voyageur, qui passera du Maroc à la Mauritanie, et de la Mauritanie au Sénégal. C’est au Sénégal qu’il apprendra le français, avant de passer à la Gambie, où il y passera une année entière. La Gambie, il déclare, fut son pays favori à découvrir. Les mangues et les papayes y abondent et les gens sont chaleureux. Ce séjour est toutefois difficile sur le plan de l’argent et du travail. Une autre rencontre fortuite lui permet d’obtenir un billet d’avion : il retourne en Pologne.
Mais une fois revenu au pays natal, il planifie déjà sa prochaine aventure – celle-ci l’amène en Amérique par Toronto. De l’Ontario, il visite la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick puis ensuite le Québec, retraverse ensuite l’Ontario vers les Prairies et le Yukon. Ayant fait la cueillette des morilles à la frontière du Yukon et des Territoire du Nord-Ouest, il fait un détour par Yellowknife, pour ensuite se rediriger vers le Yukon et son objectif, l’Alaska. Les Territoires lui plaisent beaucoup, et il est surtout surpris de l’attitude des camionneurs qui l’embarque : à l’inverse de l’Europe et de l’Afrique, il raconte, « personne ici m’a demandé d’où je venais ».
Une fois l’Amérique septentrionale traversée, les yeux de se grand voyageur se tournent maintenant vers des contrées plus chaudes : il a déclaré un intérêt pour l’Argentine, la Californie et la Floride, préférant les chaleurs aux conforts du froid.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.