Médias en milieu minoritaire : Un financement stable est réclamé

Francis Sonier, président de l'Association de la Presse francophone (Courtoisie APF)

Francis Sonier, président de l'Association de la Presse francophone (Courtoisie APF)

Les organismes nationaux représentant les journaux et les radios implantés en milieu minoritaire sonnent l’alarme au sujet de leur précarité et réclament du gouvernement fédéral un financement stable pour assurer leur pérennité.
L’Association de la presse francophone (APF), l’Association des radios communautaires (ARC) du Canada ainsi que la Quebec Community Newspapers Association (QCNA) soutiennent que cette responsabilité lui incombe en application de la Loi sur les langues officielles, du principe de la dualité linguistique au Canada et du droit fondamental des communautés minoritaires souvent isolées, de recevoir dans leur langue une information communautaire de qualité.
Ils ont aussi reçu la semaine dernière, devant le Comité permanent du patrimoine canadien de la Chambre des communes, un appui articulé de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada.
Dans un premier temps, chacun s’explique mal la réduction marquée, depuis 2006, des annonces publicitaires du Gouvernement du Canada et de se organismes dans les journaux et radios communautaires en situation minoritaire, alors que le taux de lectorat et d’écoute de ces médias demeure très élevé, en faveur de placement à la télévision et sur Internet.
L’APF constate une diminution de 73 % des revenus publicitaires du fédéral auprès de ses 22 membres, alors qu’on parle d’une chute de 98,5 % à la QCNA, qui représente 30 journaux de langue anglaise au Québec.
Le secrétaire général de l’ARC du Canada, François Côté, a indiqué devant les 10 députés du comité parlementaire que « presque la moitié de nos (27) membres sont dans une situation précaire; plusieurs ont présenté des déficits au cours des dernières années en grande partie à cause du manque de financement stable et de la baisse de publicité fédérale. (…) Trois de nos radios membres n’ont plus de salariés; cinq d’entre elles n’ont plus qu’un employé à mi-temps alors que quatre n’emploient qu’une seule personne. »
Le président de l’APF, Francis Sonier, éditeur de l’Acadie Nouvelle, a précisé que ce manque à gagner collectif de ses membres qui se chiffre à 1,5 million $ par année a des incidences directes sur la qualité et le volume de l’information véhiculée.
Il a souligné la disparition de l’Express d’Ottawa, au cours de la dernière année et a déploré le fait que l’Eau vive, de la Saskatchewan, vient tout juste de reprendre sa publication après des mois d’interruption, à cause d’une crise financière, alors que d’autre parviennent à peine à faire leurs frais.

Fausse route
Ils ont martelé devant le comité que le fédéral fait fausse route en orientant son placement publicitaire vers Internet et la télévision, pour rejoindre les communautés minoritaires qui sont souvent éloignées et isolées
Monsieur Sonier a indiqué que le lectorat moyen des journaux de l’APF oscille de 54 % à 83 % selon les régions et qu’une étude démontre qu’ils jouissent d’un taux de crédibilité de 89 %. « Internet et les médias sociaux, autant qu’ils puissent sembler omniprésents, ne bénéficient pas d’une telle crédibilité. »
Monsieur Côté a pour sa part indiqué que « plus de 20 ans après l’arrivée d’Internet dans nos vie, la radio demeure encore et toujours le média de proximité par excellence et ce, particulièrement dans des communautés comme les nôtres ».
La présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier, a rappelé aux membres du comité que « la connectivité haute vitesse au Canada n’est pas encore arrivée à un point où (tous peuvent) consommer facilement les produits médiatiques en ligne.
« Il est difficile pour un Acadien de la Nouvelle-Écosse d’écouter la radio en ligne lorsque sa connexion tient davantage du dial-up que d’Internet haute vitesse. On ne peut pas demander non plus à un Franco-Yukonnais ou à une Franco-Ténoise de visionner de la vidéo en ligne lorsque sa bande passante lui coûte un prix exorbitant par mois. »

Aide directe
Chacun a réclamé un réalignement prononcé des pratiques de placement publicitaire du fédéral ou, à défaut, une aide financière gouvernementale directe.
L’APF et la QCNA proposent la création d’un fonds équivalent à 1 % du budget de Radio-Canada/CBC que le gouvernement central veut établir à 1 milliard $, alors que l’ARC suggère une allocation annuelle de 40 000 $ à 60 000 $ pour chacune des radios.
« Ce (ne sera) pas de la charité, a dit Richard Tardif. Nous avons démontré que les gens nous lisent ainsi que l’engagement de la communauté (à notre endroit). Ces dollars seront bien dépensés et le message bien reçu. Ce sera donnant-donnant.
« Si le gouvernement tourne le dos aux minorités, croyant que la télévision et les médias sociaux sont la seule route à prendre, il contribuera à la disparition de ce trésor national qui existe aujourd’hui. »
De conclure Sylviane Lanthier : « Nos médias francophones n’existent pas pour servir des marchés, mais bien des communautés formées de gens déterminés à vivre en français, de gens qui ont besoin de ces médias pour s’informer en français sur leur milieu. »
 


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 21 mars 2016, 11 h 22
Dans l'éditorial du journal il est dit que l'Aquilon ne sera plus capable d'aider la radio financièrement. Qu'est ce que ça veut dire pour la radio à court et moyen termes? Merci
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.