Consultation : Tempête d’idées pour écoles futures

01 février 2018
Des participants aux consultations réfléchissent au futur des écoles francophones. 
(Crédit photo : Denis Lord)

Des participants aux consultations réfléchissent au futur des écoles francophones. (Crédit photo : Denis Lord)

Certaines des propositions seront mises à l’oeuvre à partir de la saison 2019-2020.
 

Qualités, programmes spéciaux, valeurs : dans un champ ou l’autre, les idées ont fusé lors de la séance de consultation de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) qui avait lieu à l’école Allain St-Cyr le 29 janvier dernier.


Quatre personnes ont participé à cette séance qui s’inscrit dans la planification stratégique 2015-2020 et qui vise à actualiser, repenser l’identité des écoles St-Cyr et Boréale; à augmenter leur attraction et leur rétention.
Une étape cruciale dans l’existence de ces institutions, concède la directrice générale de la CSFTNO, Yvonne Careen. Une étape qui ne saurait se faire sans avoir « consulté les élèves, les parents et les communautés, sans avoir leurs idées, leurs impressions sur le futur de nos écoles ».


La CSFTNO n’avait jamais identifié un « profil de sortie » de ses élèves, c’est-à-dire les valeurs et les connaissances de base qu’ils doivent avoir à l’aube de leur entrée dans les institutions postsecondaires. Pendant le brassage d’idées, les participants ont parlé de développer les aptitudes sociales pour s’adapter à des environnements plus grands, d’inculquer aux élèves le désir de réussir, la confiance en eux. Une participante a manifesté son désir que les élèves finissants soient dotés d’une solide culture générale, empreinte de littérature et de philosophie. L’autonomie, le respect de l’autre et les apprentissages essentiels de la vie - nature, premiers soins - ont aussi été mentionnés.

Séduction
Comment les écoles St-Cyr et Boréale peuvent-elles se distinguer et devenir des institutions de choix où les élèves s’inscrivent et demeurent? Le problème se pose différemment à Yellowknife et à Hay River, précise la directrice générale de la CSFTNO, où 98 % des parents francophones ont déjà inscrit leurs enfants à Boréale. L’objectif, au sud du Grand lac des Esclaves, est de mieux faire connaître à la communauté métisse la directive ministérielle qui facilite leurs admissions.


Lors de la consultation, on a parlé de créer une école internationale, un programme sport-études, un forum multimédia, une coopérative de travail, etc.


Cette consultation sera complétée par un sondage auprès des parents, des groupes de travail avec les élèves de Boréale (jeudi 15 février) et de St-Cyr (16 février), et par des recherches sur ce qui se fait ailleurs en termes de pratiques innovantes, de spécialisations, etc.


Mme Careen profitera d’une tournée à Ottawa en février pour visiter deux écoles qui se sont penchées sur la transformation des apprentissages. Elle mettra également à profit l’appartenance de la CSFTNO à la Fédération nationale des conseils scolaires francophones et à ses contacts pour nourrir sa réflexion.


Le Conseil des commissaires aura à faire des choix parmi les propositions dites et écrites, choix qui seront mis en application à partir de l’année scolaire 2019-2020 et auront des conséquences sur le Plan stratégique de 2020-2026.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.