Tale of a Town : Ressusciter le centre-ville

29 septembre 2016
Jour 1 des entrevues de Tale of a Town : Charles Ketchabaw dans son local à édifier du Centre Square Mall. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Jour 1 des entrevues de Tale of a Town : Charles Ketchabaw dans son local à édifier du Centre Square Mall. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Yellowknife est le dernier arrêt de la tournée nationale de Tale of a Town. Au Centre Square Mall, Charles Ketchabaw a érigé une tente, dans laquelle ont lieu des entrevues avec des héros locaux, propriétaires d’entreprises et résidents, afin de rassembler les histoires du centre-ville de la capitale.
 

« Les gens me demandent si un musée s’installe ici. Ça pourrait tourner comme ça. On a des installations qui sont demeurées permanentes », raconte l’instigateur du projet, alors qu’il tourne la clé dans la serrure de son local du Centre Square Mall.


Né dans le quartier de Parkdale à Toronto, Tale of a Town anime les rues de l’Ontario depuis cinq ans. En 2015, le projet d’un studio d’enregistrement mobile à l’échelle nationale est lancé.


« Le but est de ramener les gens au centre-ville. C’est important, parce que c’est là qu’ils avaient l’habitude de se croiser, de se rejoindre auparavant. Ultimement, si on passait plus de temps ensemble, on se comprendrait mieux. Construire de l’empathie, de la compréhension. En évoluant comme société, on est beaucoup plus séparés, on vit dans des banlieues. On vit et on travaille avec le même genre de personnes », raconte-t-il.


Lors des premières entrevues de Tale of a Town, le local est quasiment vide et c’est tout à fait normal. L’installation sera élaborée grâce à la contribution de trois artistes locaux et aux témoignages reçus au cours des prochains jours.
« À Yellowknife, certaines personnes m’ont mentionné : “le centre-ville ici, c’est plein d’itinérants, je n’y vais pas.” C’est un peu ridicule, et triste », déplore l’organisateur du projet.


Il soulève l’exemple du bureau de poste, comme lieu de rassemblement : « Avant, tout le monde devait aller à la poste. L’homme d’affaires y croisait la serveuse, et comme ils se croisaient chaque jour, finalement, ils créaient des liens, développaient un peu d’empathie, connaissaient leurs enfants, le contexte de leurs vies respectives, etc. On essaie de ramener les gens au centre-ville pour leur montrer que c’est cool, qu’ils devraient passer plus de temps ici, au lieu de rester à la maison. »


C’est dans cet esprit rassembleur et de revitalisation qu’une expérience immersive sera créée. Elle sera unique et spontanée, puisqu’en deux semaines, les installations et les performances seront mises en place et influencées par les histoires et les conversations récoltées, par l’apport des artistes locaux, et l’espace.


Parmi les artistes impliqués dans le projet à Yellowknife, il y aura Pat Braden, un musicien et conteur avec qui Charles souhaite travailler depuis longue date, ainsi que Janna Graham, une artiste audio qui, de fil en aiguille, a introduit Terry Pamplin, artiste peintre, au projet.


Ce documentaire immersif transportera le public à travers les histoires de Yellowknife les 14, 15 et 16 octobre prochains au Centre Square Mall. Enfin, une tournée sera organisée en 2017-2018 pour un spectacle qui rassemblera les histoires de partout au pays, à l’occasion du 150e anniversaire du Canada.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.