La Charte alimentaire de Yellowknife : Promouvoir la sécurité alimentaire

21 janvier 2016
0 Commentaire(s)
La variété de mets lors du lancement de la Charte alimentaire au Northern United Place. (Crédit photo : Ibrahima Diomandé)

La variété de mets lors du lancement de la Charte alimentaire au Northern United Place. (Crédit photo : Ibrahima Diomandé)

Conscients du caractère indispensable de la nourriture, le marché fermier de Yellowknife a procédé au lancement de la Charte alimentaire le 15 janvier 2016.
 

C’est un projet qui consiste à promouvoir la sécurité alimentaire et un système alimentaire durable, et ce, pour le bien-être de tous les Yellowknifiens. La Charte va travailler en collaboration avec le gouvernement, les commerces, les organisations non gouvernementales, les familles et même avec des particuliers afin d’assurer la sécurité alimentaire des différentes communautés vivant à Yellowknife, afin que tout le monde ait accès à une nourriture suffisante, équilibrée et saine. Cela va permettre aux individus de veiller à leur santé. C’est dans cette optique que Judith Jackson affirme que : « l’important est de manger “vrai”. Il ne faut pas tricher avec l’essentiel, quand l’essentiel est notre santé. » (Le livre du bien-être, page 50)
Cet événement perçu comme un précédent dans l’histoire de Yellowknife a drainé un public provenant de diverses communautés. La cérémonie a débuté par des allocutions de quelques illustres personnalités, en l’occurrence le premier ministre des Territoire du Nord-Ouest et madame France Benoît, présidente du marché fermier de Yellowknife. Par le biais d’une présentation, France Benoît et Tracy Williams, coordinateur de la sécurité alimentaire du marché fermier de Yellowknife, ont fait l’historique du projet. Dans cet ordre d’idées, ils ont évoqué la vision et les principes de la Charte. Comme vision, la Charte opte pour un système alimentaire durable encourageant l’accès de tous aux denrées alimentaires. L’un des principes de la Charte est d’instruire la population sur l’importance du système alimentaire en tenant compte des droits humains. Ils ont également parlé de la situation alimentaire actuelle en passant en revue les forces et les faiblesses du système alimentaire de Yellowknife. Un de ses points fort est que Yellowknife dispose d’un large réseau de producteurs de produits vivriers et jouit d’une justice environnementale et sociale. Pour les faiblesses du système alimentaire, la Charte fait allusion à certains aliments que bien de gens n’arrivent pas à s’offrir à cause de leur classe sociale. À cela s’ajoute la dégradation de l’environnement liée au changement climatique.
Avec une nouvelle référence à Judith Jackson : « La nourriture est nécessaire à tout organisme pour maintenir son équilibre énergétique et vital », tout le monde a été convié à déguster divers mets mettant en exergue différents talents culinaires. Des plats traditionnels et modernes à base d’ingrédients naturels bénéfiques pour la santé. Non seulement tous ces mets ont été offerts en quantité, mais ils étaient aussi de qualité. On y a dégusté du pain traditionnel, des sushi, de la salade de fruits, des plats à base de poisson et de viande, des mets végétariens, etc. Bien que les habitudes alimentaires diffèrent d’une communauté à une autre, et ce, conformément aux us et coutumes, l’autosuffisance alimentaire et la sécurité alimentaire interpelle chaque individu, car il y va de notre santé. C’est ce qui amène Santé Canada à affirmer ceci : « …Une saine alimentation est à la base d’une bonne santé et un élément clé du développement de la santé humaine… » (http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/index-fra.php)