Chronique musicale : Ponteix - J’Orage

Décidément, il faut se tourner du côté de la Saskatchewan pour dénicher les propositions pop indé francophones les plus intéressantes à l›extérieur du Québec. Après les prometteurs Indigo Joseph en 2014, une nouvelle voix émerge de cette communauté fertile : Mario Lepage et son Ponteix.

Après être passé en demi-finale des Francouvertes plus tôt cette année, le trio lance ce printemps J’Orage, un premier mini-album. L’an dernier, Ponteix a accompagné Chasing The Sun, le premier extrait du maxi, d’un ambitieux court-métrage ; il s’agit de l’unique titre en anglais parmi les quatre chansons.

Après cette solide introduction, Lepage renoue avec sa langue maternelle sur Béat. Ici, Ponteix opère pleinement entre sa pop psychédélique, plongée dans les ambiances et les textures, sans pour autant perdre en efficacité. Le trio saisit pleinement la portée de sa vision créatrice, pour y livrer d’intéressantes images, comme ses mitraillettes à rayon avant d’enchaîner avec une imposante rythmique.

La pièce-titre, J’Orage, témoigne plutôt de l’audace musicale de Ponteix, où les signatures musicales créent un joli chaos polyrythmique meublé de boucles sans pour autant perdre sa ligne directrice. À défaut de faire appel aux structures habituelles du rock, le trio pousse les explorations toujours plus loin, tout en arrivant à maintenir un étonnant niveau de pertinence musicale.

Le titre final, Ghost (NDLR : en français), sert de condensé en accéléré au maxi. Toutefois, rien n'est précipité, car Ponteix rassemble plutôt ses différentes qualités afin de l’incorporer en quelque cinq minutes. La complexité des musiques du groupe est mise de l’avant, mais ceci n’est en rien un obstacle aux qualités pop évidentes du groupe.

En plus de sortir à gauche des autres propositions de la francophonie hors Québec, Ponteix accomplit un immense exploit sur J’Orage, c’est-à-dire d’arriver à se détacher de ses influences régionales et musicales. Le produit final possède la griffe du trio qui arrive à s’approprier un son qui repousse les frontières musicales dans la langue de Daniel Lavoie, tout en demeurant universel. Bien que les textes de Ponteix n’aient pas la même portée que les arrangements recherchés et le sens de la mélodie du groupe, ce premier maxi ressort du lot parmi les propositions de la dernière décennie au Canada francophone.

Sortons des plates-bandes des clichés quelques instants; J’Orage ne donne pas envie de découvrir la suite, mais bel et bien de se laisser se perdre dans le présent, surtout si ces quatre chansons servent de trame sonore.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.