Budget 2016 : Pas un budget d’austérité

Pour son premier dépôt du budget, le ministre McLeod a voulu mettre de l’avant l’objectif principal de ce budget territorial 2016-2017 : assainir les finances pour continuer de prodiguer des programmes et services de qualités aux TNO.
 

Malgré les coupures d’emploi (161 dont 19 n’ont pas encore été accommodées), l’indexation de quelques taxes et l’application d’un nouveau frais d’amélioration aéroportuaire à Yellowknife, le ministre a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’un budget d’austérité. « Ce matin, j’ai recherché la définition des mesures d’austérité. C’est quand il y a de sévères coupures d’emploi, et une augmentation des taxes pour essayer de contrebalancer les dépenses du gouvernement. Je peux assurer que notre budget n’en est pas un d’austérité », a déclaré le ministre des Finances, Robert McLeod, ce mercredi 1er juin.
Même si l’économie des Territoires devrait enregistrer une croissance de 2,6 % en 2016, l’économie des TNO est la seule au sein des juridictions canadiennes à ne pas être revenue à son seuil pré récession mondiale : le PIB réel ténois est inférieur de 17,5 % par rapport à 2007. Il y a donc une volonté politique d’aligner les dépenses (1,66 milliard de $ en budget de fonctionnement) sur les recettes (1,8 milliard de $). L’exercice financier prévoit un excédent de fonctionnements de 119 millions de dollars. Ce surplus 2016-2017 valide les principes de la Politique de gestion responsable des TNO qui dictent de ne pas emprunter pour financer les dépenses de fonctionnement. Mais c’est un montant insuffisant pour absorber les dépenses de 320 M$ sur l’investissement dans les infrastructures voté en octobre 2015. Le gouvernement va donc emprunter à court terme 54 M$, portant sa part d’emprunt à 312 M$. Dans sa stratégie budgétaire, le GTNO prévoit réduire de moitié sa part d’emprunt (152 M$) d’ici la fin du mandat de la 18e assemblée à l’automne 2019.
Cette année, l’apport fédéral représentera 76,8 % des revenus territoriaux grâce à 1,219 milliard de $ en contribution et 170 M$ en paiement de transfert. Les taxes perçues seront de 275 M$ (15,2 %) alors que les revenus sur les ressources non renouvelables sont estimés à 63 M$ (3,5 %).
Les coupures au sein du fonctionnement des ministères s’élèvent à 15 M$, avec le ministère de l’Industrie, Tourisme et Investissement qui absorbe la plus importante coupure(-5,8 M$).
Le budget du ministère de l’Éducation, Culture et Formation augmente de 2 % par rapport à 2015. Cette hausse sera essentiellement dirigée vers le Programme d’aide financière aux étudiants (2,2 M$) avec entre autres une augmentation du taux de remise pour les étudiants qui reviennent vivre dans le Nord et l’élimination de leurs intérêts sur prêts.
Les contributions aux programmes artistiques sont déplacées vers des contributions de financement d’opération (460 M$) pour des organismes à but non lucratif œuvrant pour les arts. Le budget du Secrétariat des affaires francophones s’élève à 2,1 M$, et la contribution aux différents conseils scolaires des TNO est estimée à 151 M$ cette année.
Alors que l’industrie du pétrole n’est pas à son meilleur, le gouvernement a décidé de supprimer les activités du bureau de planification des produits pétroliers de la Vallée du Mackenzie basé à Hay River.
Le programme Faites le saut a également été supprimé alors que le budget propose d’affecter 169 000 $ supplémentaires au programme des candidats des TNO pour les nouveaux arrivants étrangers.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.