Services gouvernementaux en français : Où en sommes-nous?

25 janvier 2018
https://www.surveymonkey.com/r/CYDZLQ9

https://www.surveymonkey.com/r/CYDZLQ9

La population est conviée à l’évaluation des services en français du gouvernement ténois.

 

Êtes-vous satisfaits des services offerts en français par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest? La rapidité avec laquelle ils sont fournis vous convient-elle? Qu’est-ce qui reste à améliorer? Les Ténois sont invités à se prononcer sur ces questions le samedi 3 février de 13 h à 15 h au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles. Un sondage est aussi disponible en ligne.


La journée au musée de Yellowknife commencera par une séance de yoga en français à 10 h 30, suivie du dîner et du lancement de la Semaine de la santé en français.


La consultation du 3 février fait partie des obligations du gouvernement ténois telles que définies dans son Plan stratégique 2012-2017, qui émane du jugement opposant le gouvernement à la Fédération franco-ténoise (FFT). Elle s’inscrit également dans le cadre de l’audit et de l’évaluation des services en français pour lesquels la firme Raymond Chabot Grant Thornton a été engagée.


La Fédération franco-ténoise (FFT) est partenaire de l'événement. « Mon attente est de voir les gens se lever et dire de manière constructive, sans toujours être dans le négatif, comment ils ont reçu les services », de dire Jean de Dieu Tuyishime, le directeur général de la FFT, ajoutant qu’une bonne évaluation est un élément pour tracer des repères, voir ce qui reste à faire et à améliorer. Pas pour blâmer.

Participation
Le gouvernement ne s’est pas fixé d’objectif quant au nombre de personnes à rencontrer. « Plus il a de personnes qui participent, mieux c’est, assure le directeur général du Secrétariat aux affaires francophones, Benoît Boutin. Nous arrivons à un terme de cinq ans. Les services sont pour la communauté. Les gens sont-ils satisfaits? C’est important de les entendre. »


L’invitation à participer à la consultation, de dire M. Boutin, s’est faite par le biais de la FFT. Le gouvernement a donné un appui financier à la FFT pour que l’organisme puisse collaborer au transport des gens de la communauté. Les gens des Territoires à l’extérieur de Yellowknife peuvent communiquer avec la FFT pour recevoir une aide pour leur transport, sauf à Hay River, où l’Association culturelle locale se charge de la démarche.

Évaluations divergentes
Certains propos tenus lors de l’évaluation confirmeront éventuellement un sondage réalisé par la FFT et présenté lors de sa dernière assemblée générale annuelle. La FFT a sondé 35 points de service de cinq ministères, soient ceux classés comme prioritaires dans le Plan stratégique : Ressources humaines, Infrastructures, Éducation, Culture et Formation, Santé et Justice. Les répondants au sondage ont affirmé que seulement 20 % de ces bureaux gouvernementaux offraient des services en français.

Le gouvernement a mené un sondage similaire, rappelle M. Tuyishime, mais dans 110 points de service de tous ses ministères, avec pour résultat que 88 % d’entre eux offraient des services en français.


« Cette différence nous préoccupe, avoue le directeur général de la FFT, nous ne définissons peut-être pas les services directs de la même manière. »


Un point de litige tient à l’offre active, c’est-à-dire au fait d’afficher qu’on offre des services en français. Pour le gouvernement, cette offre répond en soi à un élément du Plan stratégique, quand bien même il n’y a pas de services en français sur place ou que ceux-ci sont offerts avec un temps d’attente. La FFT évaluait quant à elle qu’une offre active devait correspondre à un service concret. « Quelqu’un a fait la remarque que sinon, ça ne vaut pas la peine d’avoir des écriteaux, rapporte Jean de Dieu Tuyishime. Ça devrait ressortir de la consultation. »

Futur
L’évaluation et l’audit des services gouvernementaux s’ajouteront à des rencontres avec des acteurs de la communauté, comme la FFT, L’Aquilon et le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest, et à un examen de la documentation pour dresser un portrait de la situation. La firme Raymond Chabot Grant Thornton rédigera ensuite un rapport qui comprendra notamment des recommandations et qui sera publié au printemps prochain.

Santé
Le 3 février marquera aussi le lancement de la Semaine de la santé en français, qui se déroulera du 5 au 9 février. Tout au long de cette semaine, il y aura des ateliers, des conférences, la marche de l’école Allain St-Cyr pour ramasser des fonds pour le gymnase et les nouveaux locaux, un cours de premiers soins en santé mentale.


La communauté et les partenaires sont invités à la Soirée 15e anniversaire du Réseau TNO Santé, qui aura lieu le jeudi 8 février, au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles. La nouvelle identité visuelle du Réseau TNO Santé y sera dévoilée, et la soirée se conclura par une conférence de Brent Beresford ayant pour titre Pleine conscience : Le stress vécu autrement.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.