Marché du travail : Obtenez un diplôme et vous aurez un emploi

Durant les quinze prochaines années, un travailleur ténois sur quatre sera détenteur d’un diplôme d’études collégiales.

Le gouvernement des TNO avec l’aide du Conference Board of Canada vient de publier Des compétences pour réussir. Un premier rapport de la sorte aux TNO qui porte sur les prévisions et l’évaluation des besoins du marché du travail aux Territoires du Nord-Ouest d’ici 2030.
Ce rapport se veut un outil d’information pour tous les intervenants du marché du travail afin de promouvoir l’obtention de diplôme chez les étudiants actuels et futurs travailleurs ténois. Mais également une base pour élaborer un plan d’action pour les quatre prochaines années.
Selon le ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation qui a présenté cette initiative lors de l’Assemblée générale annuelle de la chambre de commerce des TNO le 20 avril dernier, les premières opérations de ce plan seront visibles avant la fin de l’année 2016 avec le dépôt du document à la session automnale de l’Assemblée législative. Le budget 2017 reflétera les premiers investissements du gouvernement vers ce plan d’action.
« J’étais très excité de présenter ce rapport devant la Chambre de commerce, dit Alfred Moses, j’ai pu sentir que l’assistance était engagée et heureuse que le gouvernement travaille à réduire l’écart entre la scolarité et l’employabilité. [...] La prochaine étape est de parvenir à élaborer ce plan d’action et de mettre en place un plan de suivi et d’évaluation en parallèle. »

Au grès de l’économie
Le rapport projette trois scénarios dépendants de l’économie locale. Plus l’économie va durant les quinze prochaines années, plus les projections d’emplois croissent. Pourtant, indépendamment de la vigueur de l’économie, les nouvelles stratégies seront les mêmes pour toutes les hypothèses de croissance alors que seulement 10 % des opportunités d’emploi seront ouverts à ceux qui n’auront pas complété leurs études secondaires.
« Nous voulons constamment créer de nouveaux emplois pour les résidents des collectivités, mais nous avons également des travailleurs qui vieillissent et devront être remplacés. Alors nous voulons augmenter les habiletés des travailleurs qui prendront leur place », de commenter le ministre Moses.
Une enquête de 2014 sur les collectivités des TNO a démontré que 61 % de la main-d’œuvre disponible aux TNO se trouvaient dans les petites collectivités. 16 % se trouve à Hay River, Fort Smith et Inuvik alors que la capitale ne retient que 23 % de la main-d’œuvre disponible. Plus de la moitié de tous ces travailleurs disponibles n’ont pas terminé leurs études secondaires, et seulement 6 % d’entre eux détiennent un diplôme universitaire.
Les projections pour les emplois avec une économie guerre vaillante avancent que seulement 2 % des 28 500 emplois disponibles en seront des nouveaux. La quasi-totalité étant destinée à des travailleurs qui prendront la place des retraités ou de ceux qui quittent les Territoires.
Ainsi le marché du travail de demain ressemblera surement au marché actuel. Car dans un marché du travail où la création d’emplois dépend surtout de l’expansion économique, les emplois crées grâce aux projets d’infrastructures ou aux projets miniers sont destinés à disparaître si l’économie se contracte.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.