Portraits du Canada 2004 : Mêmes priorités au Nord

10 décembre 2004
0 Commentaire(s)
Les priorités des gens du Nord sont semblables à celles des autres Canadiens révèle Portrait du Canada 2004, un sondage publié la semaine dernière par le Centre de recherche et d’information sur le Canada (CRIC).

Selon ce sondage, 76 % des Canadiens considèrent que leur « principale priorité » est la protection de l’environnement. La proportion est semblable dans les trois territoires nordiques où l’environnement est la priorité de 73 % des répondants. De même, dans le Nord comme ailleurs au pays, on considère que la santé et l’accroissement de la collaboration entre les paliers gouvernementaux devraient constituer la seconde et la troisième priorité nationale. Notons qu’alors que la réduction des impôts est une priorité pour environ la moitié des répondants de l’Atlantique, du Québec et de l’Ontario, dans le Nord et dans l’Ouest, ce n’est pas du tout le cas.

Sur la sempiternelle question de la santé, le Nord se distingue du reste de la fédération. Contrairement au reste du Canada, l’idée d’une santé gérée par Ottawa ne gêne pas les gens d’ici. Soixante pour cent des résidents des territoires estiment que la santé devrait relever de la compétence du gouvernement fédéral. Dans la même veine, 59 % des Nunavutois préfèrent que le gouvernement fédéral prenne l’initiative de la réforme du système de santé. C’est aussi aux TNO (72 %, en hausse de 14 points par rapport à 2003) qu’on est le plus favorable à l’accroissement des dépenses gouvernementales en santé.

Le Nord se distingue également au niveau de la confiance accordée aux leaders. Ce sont les Ténois (67 %) et les Nunavois (74 %) qui font le plus confiance aux chefs politiques. Les résidants du Nunavut (77 %) comptent aussi parmi ceux qui font le plus confiance aux dirigeants des grandes entreprises. Quant aux chefs religieux, ce sont les Ténois (65 %) qui leur font le plus confiance au pays. En contrepartie, les Yukonnais, eux, sont ceux qui s’en méfient le plus : tout juste 24 % d’entre eux leur font confiance.



Autochtones

Cette année, Portrait du Canada se penchait aussi sur la question autochtone. Sans trop de surprise, l’opinion des gens du Nord diffère passablement du reste du pays à ce sujet.

Alors que dans l’ensemble du pays 29 % de la population estime que l’amélioration de la qualité de vie des Autochtones devrait être une priorité nationale (soit le même pourcentage que celui des répondants réclamant un hausse des dépenses militaires) dans les trois territoires, le taux atteints 43 %.

Les jeunes sont les moins enclins a considérer que l’amélioration de la qualité de vie des Autochtones devrait être une priorité. Cette idée ne recueille l’appui que de 29 % des 18 à 34 ans. Le taux est encore plus faible chez les femmes de ce groupe d’âge qui ne sont que 20 % à appuyer cette idée, contre 34 % de leurs consoeurs de 35 ans et plus.

Avec 39 % d’entre eux, les Yukonnais sont les plus portés à dire que la situation des Autochtones est meilleure que celle des autres Canadiens. En Ontario et au Manitoba (53 % chacun) une majorité de la population pense qu’elle est pire.

Dans le Nord comme dans l’Atlantique (13 % chacun) on est moins porté à penser que les relations entre les Autochtones et les autres Canadiens se détériorent et c’est au Québec (24 %) que cette idée est la plus répandue. Mentionnons que dans le Nord les répondants non-Autochtones sont plus portés à dire que ces relations se détériorent. Dix-neuf pourcent des non-Autochtones du Nord pensent que les relations se détériorent contre 5 % des répondants autochtones.

Quant à savoir si les Autochtones devraient être traités de la même façon que les autres Canadiens sur l’accès aux territoires de chasse et de pêche, 38 % des Nunavois et 45 % des Ténois pensent que non, la plus haute proportion au pays. Encore une fois l’analyse des résultats selon l’origine ethnique est révélatrice d’une certaine divergence sur cette question au sein même de la population du Nord. Cinqante-six pour cent des Autochtones du Nord estiment qu’ils devraient avoir un accès privilégié aux territoires de chasse et de pêche. Les non-Autochtones ne sont que 43 % a appuyer cette idée.

Le sondage Portraits du Canada 2004 a été réalisé auprès d’un échantillon de 3202 personnes entre le 15 septembre et le 4 octobre 2004 par les firmes CROP et Environics pour le compte du CRIC. Il comporte un marge d’erreur de plus ou moins 1,7 %, 19 fois sur 20.