Plan d’action des langues officielles : Mélanie Joly tiendra des tables rondes dans 21 villes

Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien.(Courtoisie)

Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien.(Courtoisie)

Quelle est « la place du français et de l’anglais dans la société canadienne » ? Quelles « approches et actions » le Canada doit-il prioriser « pour continuer à promouvoir ses langues officielles » dans un contexte en évolution ? Telles sont les questions que le ministère du Patrimoine posera aux citoyens cet été.
 

Sous le signe de l’innovation, des consultations pancanadiennes ont été lancées par la ministre du Patrimoine canadien le 17 juin, en vue d’élaborer un 4e plan d’action pour les langues officielles. Il remplacera la Feuille de route courante, qui se termine en mars 2018. Mélanie Joly entend jouer un rôle actif dans le processus.
« On commence à Alfred, une ville franco-ontarienne, et on fera un circuit de 21 villes à travers le Canada. Mon but et celui de mon secrétaire parlementaire Randy Boissonnault, c’est de participer à plusieurs consultations et notamment la première. En vertu de la Loi sur les langues officielles, il est obligatoire de consulter dans les deux langues. »
Alors qu’un nombre de rencontres ciblées seront tenues dans la langue des organismes militant pour l’une ou l’autre langue, les consultations publiques tenues en parallèle seront bilingues. La presse sera invitée. Le ministère publiera des capsules d’info sur les langues officielles et un questionnaire en ligne pour faciliter la participation du public.
« Pour moi, a tenu de préciser Mélanie Joly, le gouvernement précédent a un peu trainé les pieds. Ce n’était pas une priorité pour lui, la question des langues officielles. Par le passé, les consultations étaient à huis clos. Mais on innove cette année.
« On va inviter les différentes organisations œuvrant dans le domaine de la vitalité des communautés linguistiques. Le public est invité aussi, souligne-t-elle. On lance une grande consultation, un dialogue et ça va durer jusqu’au milieu de l’automne. Donc partout au pays, on va pouvoir se mobiliser et avoir une conversation. »
Comme c’est la pratique de l’administration libérale, des pré-consultations ont eu lieu au printemps pour bien cerner les attentes face au processus, précise la ministre.
« On a eu l’occasion de rencontrer des communautés à Whitehorse, Vancouver, Halifax, Winnipeg, Toronto et Montréal. Les communautés ont déjà eu l’occasion d’exprimer leur point de vue sur les préoccupations et les enjeux, les opportunités aussi.
« On a déjà agi sur certaines demandes, ajoute-t-elle. On a réintroduit un programme en appui de l’immigration francophone pour les communautés hors Québec. On a également annoncé le retour de la formation universitaire au Collège militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, pour s’assurer d’une relève dans nos forces armées formée en français.
« Au même moment, note Mélanie Joly, on prépare un nouveau plan d’action. Toutes les consultations seront disponibles en ligne. Tout le monde aura accès aux transcriptions des tables rondes. On va arriver à la fin avec des recommandations. Le but sera vraiment la rédaction d’un nouveau plan de match. »
Les autres ministères engagés dans la Feuille de route actuelle participeront aussi. « Ils ne vont pas tenir leurs propres consultations, dit-elle, ils vont participer. Je vais avoir de mes collègues de partout au pays qui vont également mener certaines consultations. »
Après Alfred (ON) le 20 juin et Saint-Jean (TNL) le 22 juin, des rencontres se tiendront le 4 juillet à Toronto et Vancouver, le 5 juillet à Victoria et dans la Région du grand Toronto, le 6 juillet à Winnipeg et le 7 juillet à Regina.
Selon le site ministériel consacré au processus, « La mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles, notamment en matière de promotion du français et de l’anglais et d’appui à la vitalité des communautés de langue officielle, constitue une responsabilité importante du gouvernement du Canada. Ces consultations apporteront l’éclairage nécessaire pour concilier les priorités, relever les nouveaux défis et investir judicieusement. »
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.