Forces armées canadiennes : Lutselk’e, au bon endroit au bon moment!

(Snowbirds des Forces Canadiennes)

(Snowbirds des Forces Canadiennes)

La petite collectivité de Lutselk’e a reçu pour la première fois les participants de l’opération NUNAKPUT.
 

L’opération annuelle de souveraineté axée sur la dimension navale des Forces armées canadiennes, NUNAKPUT, s’est concentrée dans les régions du sud du fleuve Mackenzie et du Grand lac des Esclaves. Pour une première fois, la collectivité de Lutselk’e a été une des hôtes de cette opération, qui se veut un moyen de faire valoir la souveraineté du Canada dans ses régions les plus au Nord, d’améliorer les capacités des Forces armées canadiennes (FAC) pour agir dans des conditions arctiques, d’améliorer la coordination et la coopération lors d’opérations pangouvernementales ainsi que de maintenir une interopérabilité avec les partenaires de mission. NUNAKPUT s’est déroulée du 5 au 20 juillet dernier.


Au moment de l’opération, deux réelles opérations de sauvetage maritime ont été lancées au large du Grand lac des Esclaves. Une famille de Lutselk’e a été portée disparue sur les eaux alors qu’elle naviguait à partir de Yellowknife pour retourner dans sa collectivité. Le personnel de sauvetage de la Gendarmerie royale du Canada, des FAC, d’Environnement Canada, entre autres, a été appelé à intervenir au large du Grand lac.

 

L’opération bien reçue par la population
Questionnée pour savoir si la collectivité est heureuse d’avoir accueilli une partie de l’opération NUNAKPUT, Addie Jonasson, conseillère de la Première Nation dénée de Lutselk’e, a répondu être très contente et excitée de leur venue. « C’est la première fois que je les vois ici. On a eu les Canadian Rangers ici avant, mais jamais les Forces armées canadiennes ou les Snowbirds. » Le vendredi 8 juillet, la collectivité a en effet profité d’une rapide performance des Snowbirds, alors que leur spectacle aérien avait lieu le lendemain à Yellowknife.


Madame Jonasson a souhaité pouvoir accueillir à nouveau ce type d’opération. « J’aimerais les voir revenir. Ils ont fait du bon travail, surtout durant les exercices de secours. Ils sont venus à un moment très important pour moi : c’est ma famille qu’ils sont allés secourir sur le lac. Pour cela, je suis reconnaissante. » Addie Jonasson croit que cette visite aura permis de faire de la prévention et d’apporter beaucoup d’information et d’occasions à sa collectivité, notamment pour les jeunes qui ont pu voir ce qu’ils peuvent faire.


Quant au brigadier-général Mike Nixon, commandant de la Force opérationnelle interarmées du Nord, il a révélé être heureux de l’opération en cours. « Ce n’est pas juste l’équipe qui est venue, mais toute la communauté, les femmes, les hommes, les enfants, les jeunes comme les vieux. C’est merveilleux de les voir tous ensemble. J’en suis très content. […] Les réelles activités de recherche et de sauvetage qui se sont bien terminées sur le Grand lac des Esclaves durant l’opération mettent en lumière l’utilité de s’exercer à utiliser ces compétences et de partager les connaissances entre organismes, pour accroître la sécurité et la protection des gens qui vivent dans le Nord. » À la question de savoir si une telle opération se déroulerait à nouveau à Lutselk’e, Monsieur Nixon a laissé entendre que les FAC font des opérations similaires régulièrement, puisqu’une patrouille de Rangers adultes et juniors est établie sur le territoire. Il a notamment mentionné qu’en saison froide, les Rangers transitent par Yellowknife pour leurs exercices. « C’est un défi, car Lutselk’e est la seule collectivité sur la rive du lac sans accès routier, mais elle est facilement accessible par avion. »


De son côté, le sergent Roy Desjarlais, du premier groupe de patrouille des Rangers canadiens de Lutselk’e et membre des Rangers depuis 2010, a qualifié de surprenante, l’opération de secourisme tenue plus tôt dans la semaine. Il s’agissait d’une première pour la petite collectivité.

Une opération multiministères
Pour l’officier des opérations du premier groupe de patrouille des Rangers canadiens, le capitaine James Longaphie, l’opération était satisfaisante. « Ça va très bien à date. On travaille avec nos partenaires, on en apprend beaucoup de l’un et des autres. »


Monsieur Longaphie a vu cette première expérience à Lutselk’e comme un bon entraînement de secouristes avec les partenaires. Le séjour à Lutselk’e a duré cinq jours, par la suite, le groupe a passé trois jours en formation avec la marine dans la baie de Yellowknife. Puis, il s’est déplacé vers Fort Simpson, en s’arrêtant à Hay River et dans d’autres collectivités durant le voyage.


Aucune difficulté n’a été rencontrée, selon le Capitaine. Cependant, il a avoué que de travailler avec d’autres organismes gouvernementaux leur a permis de gagner en confiance et en maîtrise face à certains détails, une pratique récurrente qui leur permet d’être prêts et de gagner du temps en cas d’éventuelles situations d’urgence.
Aussi présent à Lutselk’e, le matelot-chef Michael Gaudette, de la Marine royale canadienne d’Halifax, qui a expliqué que le bateau a été transporté par camion jusqu’à Yellowknife et que l’unité de plongeurs d’Halifax a navigué jusqu’à Lutselk’e avec l’objectif de faire quelque chose de différent.


Christian Marcoux, agent de protection de la faune fédéral pour l’application de la loi sur la faune (Environnement Canada), a raconté ne pas avoir participé aux exercices en raison des deux cas de recherche et sauvetage, le mercredi ainsi que le jeudi. « La seule participation que l’on a faite avec les scénarios d’exercices, c’est qu’on a déployé les objets qui devaient être cherchés. À la base, nous étions censés participer aux exercices de formation de recherche et de sauvetage, mais nous avons été déployés par la Gendarmerie royale du Canada pour aller les assister. »
Monsieur Marcoux a laissé savoir que ce n’est pas courant pour lui et son équipe de participer à des opérations sauvetages, mais que cela fait partie de leurs tâches. Il a ajouté que lorsqu’ils sont à l’extérieur ou qu’ils patrouillent sur le Grand lac, ils sont souvent appelés à assister les autres organismes. L’équipe de M. Marcoux a profité de l’opération NUNAKPUT pour patrouiller avec Pêches et Océans et la GRC afin de mener des inspections sur l’eau.


Le 8 juillet, le brigadier-général Nixon a remis une plaque à Addie Jonasson pour souligner l’appui de la collectivité lors de l’opération 2016 menée par les Rangers canadiens, les Forces armées canadiennes, la Marine royale canadienne, l’Aviation royale canadienne, notamment le 440e Escadron de transport basé à Yellowknife, de même que la Gendarmerie royale canadienne, le ministère des Pêches et Océans, la Garde côtière auxiliaire canadienne (unité de Yellowknife), Parcs Canada, le ministère de l’Environnement et du Changement climatique et l’Association civile de recherche et de sauvetage aériens.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.