Préjugés sur Yellowknife : Le poids de mon témoignage

12 novembre 2015
1 Commentaire(s)
Le carrefour culturel de Yellowknife. (Crédit photo : Ibrahima Diomandé)

Le carrefour culturel de Yellowknife. (Crédit photo : Ibrahima Diomandé)

Certaines personnes vivant dans les villes au sud du Canada vont jusqu’à affirmer que Yellowknife est un endroit perdu au cœur du Canada où il est quasiment impossible de vivre.
 

À l’instar de toutes les villes canadiennes, Yellowknife n’est pas en deçà de la civilisation moderne, contrairement à ce que pensent certaines personnes. Du point de vue d’un bon nombre de personnes qui n’ont jamais foulé le sol de Yellowknife, c’est un endroit où les habitants continuent de vivre dans des taudis et dans des iglous. Il n’y a aucune infrastructure moderne et lesdits habitants ne se nourrissent que de chasse et de cueillette. Ce qui sous-tend qu’ils vivent encore à l’état de nature.
Bref, bien avant que je ne vienne à Yellowknife, c’est à Ottawa que je vivais. D’ailleurs, quand j’ai informé mes proches et mes amis que j’étais retenu comme moniteur de langue dans le cadre du programme Odyssée et que c’est à Yellowknife que je devais exercer cette fonction, d’aucuns sont même tombés à la renverse. Et puis, certains se sont exprimés en ces termes : « Quoi? Yellowknife? Où est situé ce truc-là? As-tu perdu la tête? Mais, voyons! Tu vas quitter la haute civilisation pour aller vivre dans un endroit aussi reculé et ignoré. Sache qu’il y fait plus froid que partout au Canada et que la vie y est excessivement chère. Et puis, il n’y a pas grande chose à manger. De plus, il y a beaucoup de racisme. » Alors, je leur ai posé la question de savoir d’où ils détenaient ces informations, et s’ils y ont déjà séjourné. Voici la réponse d’un ami canadien :
« Je n’ai point besoin d’y séjourner pour le savoir, puisque c’est une vérité connue de tous ici au Canada. Même si l’on me promet tout l’or du monde, je n’y mettrai jamais les pieds. » Ainsi, je leur ai fait savoir que personne ne pourrait me dissuader d’y aller, étant curieux de savoir ce qui s’y passe réellement. De surcroît, je vais moi-même vivre l’expérience, faire mes propres observations et tirer mes conclusions personnelles. Quand je suis arrivé à Yellowknife, j’ai été fort surpris de voir que ce qui m’a été conté à propos de cette ville n’est que pure utopie. Ce qui m’a paru très drôle.
Yellowknife est bel et bien une ville moderne comme toutes les autres villes du Canada. Les habitants ont tout ce dont l’être humain a besoin dans une société moderne pour mener une vie décente, à savoir des infrastructures, des commerces, des banques, des moyens de transport, des écoles, et j’en passe. On y trouve également des personnes bien éduquées issues de diverses communautés vivant en harmonie les unes avec les autres, d’où l’inclusion. Par ailleurs, la notion de racisme est totalement méconnue de tous et ne fait même pas partie du jargon quotidien. Les gens sont plutôt chaleureux, sociables et respectueux.
Pour combattre ces préjugés je n’ai pas hésité à prendre des photos pour les envoyer à tous mes proches et amis qui vivent hors de Yellowknife. J’ai fait de petits commentaires au sujet de chaque photo pour qu’ils sachent ce qu’elle représente. Mon objectif est qu’ils se rendent à l’évidence et se passent des préjugés de tous genres au sujet de ladite ville. Je les ai même invités à venir faire un séjour à Yellowknife, car c’est un endroit où il fait bon vivre et où il y a beaucoup à découvrir au plan culturel. Des amis m’ont fait entendre que les photos que je leur ai envoyées sont très belles et que Yellowknife est vraiment un endroit qui mérite d’être visité. C’est dans cette optique que certains d’entre eux envisagent incessamment venir découvrir cette ville septentrionale avec toutes ses merveilles.


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 14 novembre 2015, 18 h 32
Effectivement, il y a plusieurs clichés qu'on se fait de Yellowknife. Même après mes 10 ans dans le Nord, mes amis commencent à peine à réaliser que je ne suis pas tombé au Moyen-âge. Soyons des ambassadeurs de notre petit trésor méconnu...Jean