La Chasse à l’as : Le buzz du territoire

03 novembre 2016
Au Soaring Eagle Friendship Centre à Hay River le 28 octobre, une heure avant le tirage de Chase the Ace. À gauche, Rose Lamouelle de Behchoko et à droite Darren Shaffer de Yellowknife (Gracieuseté : Bob Schnurr)

Au Soaring Eagle Friendship Centre à Hay River le 28 octobre, une heure avant le tirage de Chase the Ace. À gauche, Rose Lamouelle de Behchoko et à droite Darren Shaffer de Yellowknife (Gracieuseté : Bob Schnurr)

Alors qu’il ne reste que dix cartes à tirer pour Chase the Ace (donc 1 chance sur 10 de gagner le gros lot), le cœur de Hay River et de ses environs battra à toute vitesse ce vendredi 4 novembre.

Chase the Ace est devenu l’événement le plus populaire à Hay River. Des résidents de partout aux Territoires du Nord-Ouest se rendent au Dog House Pub les vendredis soirs pour assister au tirage du gros lot, qui était estimé à 475 000 $ à la fin du mois d'octobre. Ce vendredi 4 novembre, c’est plus que le demi-million qui sera en jeu.

Le principe est simple : parmi les billets vendus, un numéro est tiré et donne à son propriétaire la chance de tirer une carte parmi celles qui restent (10 cartes dans le paquet le 4 novembre). S’il s’agit de l’as de pique, le joueur rentre à la maison avec le lot convoité et accumulé depuis janvier. Si la carte n’est pas tirée, le prix s’élève de 20 % des ventes de la semaine. 50 % vont à la collecte de fonds du Club de curling de Hay River et 30 % s’ajoutent au jackpot.

Par tous les moyens
La chasse à l’as est si populaire qu’Air Tindi a décidé d’offrir un vol aller-retour nolisé pour faciliter le transport depuis Yellowknife. « Une première », confirme Bob Schnurr, responsable de cette initiative pour la compagnie aérienne.

À ce temps-ci de l’année, les conditions routières ne sont pas très bonnes. La compagnie aérienne a donc cédé à la demande des citoyens de Yellowknife et de Behchoko. « Certains finissent de travailler à la mine, d’autres travaillent en ville ou [dans les environs...]. C’est difficile [pour eux] de prendre l’après-midi de congé », explique Bob Schnurr.

Le vendredi 28 octobre, le service était complet, avec à bord 46 passagers, pour ce vol d’une demi-heure. Le gestionnaire affirme qu’avec le tarif à 125 $ [par passager], la compagnie aérienne ne ferait pas de revenus en tant que tels, mais que les frais seraient couverts. Le vol est encore offert ce vendredi 4 novembre.

Pour ajouter à l’anecdote, le député R.J. Simpson de Hay River Nord a fait une déclaration surprenante le 28 octobre à l’Assemblée législative : « Hay River est [située] à seulement cinq heures de route de Yellowknife, alors j’encourage tout le monde de la capitale à prendre l’après-midi de congé. Peut-être que les ministres pourraient donner la permission à leur ministère de terminer la journée à 13 h. Vous devez être en ligne pour les billets à 18 h... »

Compte tenu de l’ampleur de l’événement, la collecte de fonds est devenue avantageuse pour plusieurs organisations et pour la collectivité entière de Hay River, selon le député.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.