Le Canada ténois

Les chars allégoriques, les sirènes, les bonbons et surtout les drapeaux de l’unifolié ont envahi les rues canadiennes. Peut-être pas toutes, mais quand même.
À Yellowknife, après le traditionnel défilé, les organisateurs ont choisi de poursuivre les festivités à l’abri des intempéries, au Multiplex. Quel succès !
Les orages et pluies intermittentes de l’après-midi auraient tout gâché. Même si le public pouvait voyager facilement entre les deux arénas du Multiplex, c’est le côté familial qui était le plus achalandé.
Bien sûr c’est le coté où était vendue la nourriture, mais bon. Les jeux, les activités offertes par le NWT Literacy Council par exemple et les châteaux gonflables ont tous créé de longues files d’attente. De 12 h 30 à 19 h, Terry Brookes a fait face à une file incessante à qui il a fourni des épées, des animaux ou des couronnes de ballons qu’il confectionnait à la minute.
Du côté spectacle, les actes se sont enchainés attirant par vagues les spectateurs. La chose à retenir a été l’éventail culturel présenté durant cette après-midi. Les influences culturelles de plusieurs origines se sont fait un plaisir de montrer à leurs concitoyens canadiens qu’il n’y a avait pas que le country rock et la cornemuse pour définir le canada musical d’aujourd’hui.
Et finalement le cirque, la danse contemporaine et la gymnastique ont démontré que les jeunes ténois et ténoises ont du talent à présenter et s’ils ont tous et toutes été payés, ils en ont à revendre.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.