Morilles : La ruée vers les morilles

26 mars 2015
0 Commentaire(s)
Qui sait dans quel restaurant cinq étoiles aboutiront ces champignons cueillis aux TNO? (Caroline Lafontaine)

Qui sait dans quel restaurant cinq étoiles aboutiront ces champignons cueillis aux TNO? (Caroline Lafontaine)

Un potentiel de 100 M$ dans des conditions optimales
 

Nous ne sommes pas encore à Pâques que déjà nombre de gens pensent à juin, et non pas aux œufs, mais aux champignons. C'est qu'avec les incendies d'une ampleur historique de l'été dernier, on nous promet une récolte qui le sera tout autant. On a même avancé le chiffre astronomique de 100 M$.
On peut présumer qu'il s'agit du chiffre de vente au détail à l'extérieur des TNO. 100 M$? Gestionnaire à la Division de l’investissement et de l’analyse économique du ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, John Colford croit que c'est possible. « Si tout va absolument parfaitement (pluie, etc.), si mère Nature collabore à fond, ce sera une très grosse récolte, même si nous avons seulement une récolte en juin. Mais les morilles peuvent aussi revenir en juillet et en août, même si on ne voit pas ça ici généralement. J'espère donc que nous aurons un très bon premier mois, et s’il y en a d’autres, eh bien tant mieux. »
Au Yukon en 2013, rapporte M. Colford, les morilles cueillies sur une superficie approximative de 220 000 hectares carrés de forêt brûlée ont rapporté entre 3,5 M$ et 5 M$. On arrive à près de 100 M$, poursuit-il, si on applique ce ratio aux 3,4 millions d'hectares brûlés des TNO en 2014.

Observation
L'argent n'est qu'une des raisons qui ont conduit Caroline Lafontaine à cueillir des morilles pendant plusieurs saisons. « Il y a aussi le plaisir d'être dans des forêts brûlées, explique la biologiste qui a suivi une formation avec un des plus grands mycologues des TNO, Walter Brown. Il y a de nouvelles générations de végétaux qui poussent, la lumière qui tombe sur des talles de morilles. Tu peux lire les différents degrés d'intensité du feu selon les endroits. Je trouve ça beau. »
Les champignons ayant la faculté d'absorber les métaux lourds, arsenic, plomb et autres cadmiums, Caroline Lafontaine considère souhaitable de s'éloigner de 10 kilomètres de Yellowknife pour faire la cueillette, et même idéalement de 30 kilomètres. Ensuite, on s'écartera d'un à deux kilomètres de la route.
La connaissance de l'hydrologie du sol et le sens de l'observation sont à l'honneur. « Va pas au pied d'une talle de trembles chercher des morilles, avertit Caroline, ils sont associés aux conifères. Les morilles blondes préfèrent les milieux plus humides, alors que les brunâtres optent pour un terrain plus sec. »
Selon les auteurs de la brochure (incontournable et gratuite) Un guide pour la récolte des champignons morilles de Walter Brown et Joachim Obst, il existe six espèces et plusieurs variétés de morilles aux TNO. Lors de la cueillette, il est essentiel de vérifier les champignons individu par individu, car des champignons toxiques d'apparence similaire peuvent se glisser dans une talle de morilles comestibles.

Préparation et information
Il y aura des séances d'information sur la cueillette à midi et à 19 h, le 31 mars à la Northern United Place. Les personnes qui souhaitent participer à une téléconférence en français sur ce sujet ont jusqu'au 27 mars à 16 h pour se manifester à Briony Wright, au numéro 920-6109 ou à l’adresse briony_wright@gov.nt.ca.
Le ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles, par l’entremise notamment du projet de loi no 54, Loi modifiant la loi sur l'aménagement des forêts, travaille à mettre au point des règlementations pour encadrer la vente et la cueillette de morilles. On ne sait pas pour l'instant quand ces règlements seront publics.
Selon John Colford, on peut trouver des morilles tout le long du Grand lac des Esclaves entre Yellowknife et Hay River. M. Colford précise qu'on doit avoir la permission des administrations des Premières Nations avant de cueillir sur leurs terres. Le gestionnaire recommande également d'être prudent, bien informé et bien équipé.