La frontière de la discorde

Les TNO n’auront pas été le lieu du consensus entre les deux provinces les plus occidentales du Canada. Mais plutôt un terrain propice à l’expression de leur opinion diamétralement opposée suivie de moyens de pression qui attire l’attention. L’Alberta n’a pas signé le communiqué! La belle affaire! La conférence s’est simplement fait utiliser telle une tribune pour monter la pression d’un cran.


L’Alberta veut sauver l’économie canadienne, la Colombie-Britannique veut protéger la nature canadienne. Les premiers ministres voulaient promouvoir la collaboration canadienne. Rien n’a été accompli.


Depuis 1961, l’Office national de l’énergie a reçu 82 rapports de déversement le long de l’oléoduc Trans Mountain qui existe depuis 1953. Presque la moitié ont eu lieu en Colombie-Britannique. Mais quant au volume de contaminant déversé, c’est l’Alberta qui a écopé le plus. Au 1er avril 2017, seulement 30,5 % de ces déversements étaient le long de l’oléoduc, alors que le reste s’est produit aux terminaux ou aux stations de pompage.


L’Alberta ne se gêne pas pour déformer la région de L’Athabasca pour extraire leurs ressources non renouvelables, pourquoi s’inquièterait-elle du Parc national de Jasper? Et de l’environnement qui les sépare de l’accès à l’océan. On se croirait en entre-deux-guerres en Europe avec le Corridor de Dantzig ou en Bolivie ou le Paraguay qui restent les seuls pays sans littoral des continents américains. L’accès au commerce maritime a toujours écrit la géopolitique. Il n’est pas étonnant que Trans Mountain définisse les relations interprovinciales canadiennes.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages