La croissance démographique la plus rapide au pays

16 mars 2007
0 Commentaire(s)


La population grossit vite aux Territoires du Nord-Ouest, très vite. Si l’on se fit aux données du recensement canadien de 2006, rendues publiques cette semaine, il y aurait 13 % de plus de résidents aux TNO aujourd’hui qu’il y a cinq ans.

Il s’agit de la croissance démographique la plus rapide au pays. À l’échelle nationale, le taux de croissance de la population s’élève à 5,4 %, ce qui est quand même appréciable.

Statistique Canada aurait donc dénombré 41 464 Canadiens aux TNO dont 45 % habitent à Yellowknife (18 500 habitants). On note d’ailleurs que la population ténoise s’urbanise de plus en plus. Le quart de la population des TNO réside désormais dans les quatre autres communautés les plus grosses, dans l’ordre : Hay River (3648 habitants), Inuvik (3484 habitants), Fort Smith (2364 habitants) et Behchoko (1894 habitants). C’est une augmentation de plus de 10 % par rapport à 2001.

C’est tout de même une micro-localité qui a enregistré l’augmentation la plus importante de sa population. Jean-Marie River a connu une impressionnante hausse de 62 % (!) du nombre de ses résidents… le hameau passant d’une population de 50 à 81.

La population des TNO a beau grossir plus vite qu’un coucher de soleil à Inuvik en décembre, ce n’est pas encore assez rapide pour certains. Appelé par L’Aquilon à commenter ces statistiques, le maire de Hay River, John Pollard, est déçu que sa ville n’ait pas encore franchi le cap de 4000 habitants.

« Je pensais que nous étions déjà 3800 habitants, indique-t-il. Pour moi c'est une décroissance et non pas une croissance. J'ai un but pour Hay River : que l'on dépasse les 4000 habitants. Nous avons besoin d'une plus grande population pour soutenir notre économie, les petits magasins comme les autres ».

« Nous sommes en manque de main d'oeuvre, poursuit le maire, nous avons besoin de plus de travailleurs pour nos entreprises. Mercredi soir, nous avons une réunion publique avec les représentants de la mine Pine Point qui pourrait bien choisir d'établir leurs employés dans notre ville ».

Si cela peut l’encourager (ou le déprimer tout dépendamment comment il voit cela), Statistique Canada invite le publique à prendre les données des TNO avec un grain de sel. Selon l’agence gouvernementale, le taux de non-réponse au recensement aux TNO était de 8 % en 2001, et il serait de 3 % en 2006. Cela pourrait donc indiquer que la croissance démographique spectaculaire de notre territoire serait causée par une erreur des statisticiens.

L’Aquilon a contacté Statistique Canada pour en savoir davantage sur ces taux de non-réponse passablement différents. Mais au moment de mettre sous presse, on n’avait pas encore répondu à nos questions.

Les statistiques concernant la langue maternelle des résidents ne seront pas dévoilées avant décembre 2007.

Avec la collaboration de Maxence Jaillet