La Colonne du 24 février

23 février 2017


Le Défi 10 secondes
L'AFCY tient un concours de microcinéma, dans lequel les Ténois de tous âges sont invités à réaliser un film de 10 secondes sur le thème « Même pas frette! » ou « Je suis capable! ». Les films devront être soumis avant le 19 mars et seront présentés lors du vernissage de la Mosaïque ténoise, le 1er avril. Un atelier de création est offert gratuitement à tous les participants et curieux, le dimanche 5 mars, de 10 h à 12 h, au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles.?Cet atelier vise à vous aider à développer votre scénario et à répondre à certaines questions techniques sur la réalisation du film. C'est également une occasion de rencontrer d'autres participants au Défi 10 secondes et, éventuellement, de former des équipes.?

 


Appel à candidature?
Les Rendez-vous de la francophonie auront lieu de la mi-février jusqu’à la fin mars. De nombreuses activités seront organisées au cours du mois de mars.?Les activités les plus variées sont admissibles, pour autant qu’elles se déroulent en français. Les idées de projets doivent être envoyées à jeunessetno@franco-nord.com.?Jusqu’à 200$** par activité. Pour plus d’info visiter : rvf.ca.
**Ce montant peut être négocié selon l’ampleur de l’événement.?

 


Incendie meurtrier près de Hay River
Le 15 février, la GRC de Hay River a reçu un appel concernant un incendie dans une résidence sur la réserve de la Première Nation de K'atl'odeeche. Une femme a été évacuée de la résidence. Elle a été transportée au Centre de santé régional de Hay River pour y recevoir des traitements. Les pompiers ont réussi à circonscrire l'incendie afin d'éviter la propagation des flammes aux propriétés voisines. Une fois le feu éteint, les pompiers ont pu entrer dans la maison où ils ont confirmé la présence d'une personne décédée. Les employés du Groupe de l'identité judiciaire, du Groupe des crimes graves et du Bureau du commissaire aux incendies se rendront prochainement à Hay River pour mener l'enquête.

 


Yellowknife reçoit le maire d'Edmonton
Le 24 février, la ville de Yellowknife organise un diner au café du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles lors duquel le maire d'Edmonton, Don Iveson, se joint au maire de Yellowknife, Mark Heyck, pour une discussion sur des sujets communs aux deux capitales. La délégation d'Edmonton compte une vingtaine de personnes, de l'hotel de ville, mais également de l'aéroport international, de la Chambre de commerce, de l'Université d'Edmonton et d'autres organismes. Les sujets porteront, entre autres, sur le pouvoir des villes, de la réconciliation, d'infrastructure et de développement urbain. La délégation albertaine était de passage à Whitehorse avant d'atterrir à Yellowknife.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.