Le club d’escalade de Yellowknife : Faire le mur du Fieldhouse

Le 24 mai dernier, Eric Binion, président du club d’escalade de Yellowknife (YKCC), a présenté au conseil municipal le projet de développement de l’association, qui souhaite emménager dans le complex sportif du Fieldhouse. Malgré une rétroaction plutôt positive de la part des représentants de la ville, la décision ne sera prise qu’à la présentation du budget 2017 de la capitale ténoise, en décembre prochain. En attendant, l’association de grimpeurs cherche le soutien du public et de ses membres pour revendiquer la légitimité du projet.

Ouvert depuis quatre ans, le club arrive à saturation
Avec environ 90 membres à son bord et un nombre de personnes intéressées à grimper qui ne cesse de croitre, le club arrive à saturation. Eric Frénette, ancien président du club et membre actif de l’organisation, précise que « [YKCC a] deux défis majeurs à relever : le nombre de bénévoles disponibles pour assurer [les] heures d’ouverture et la gestion administrative, puis la grandeur de la salle. Il [faut] plus de place ».
Le club d’escalade propose depuis quatre ans une salle où l’on peut pratiquer la grimpe sur bloc. Nul besoin de cordage, puisque les murs ne font pas plus de 10 pieds de haut. Ainsi, même les acrophobes peuvent s’adonner à cette pratique ludique et sportive à la fois. Les grimpeurs, qu’ils soient en herbe ou aguerris, devront s’agripper aux différentes prises et suivre une grande variété de « routes » jusqu’à leur fin. Il y en a pour tous les niveaux. Toutefois, le bouldering gym, qui loue son espace pour des événements privés en plus des séances disponibles au public, n’est pas toujours en mesure de pouvoir répondre aux demandes des clients.

Les membres du YKCC visent plus haut!

Pour pallier à ces problèmes de « taille », l’association envisage donc d’investir le Fieldhouse et de confier une partie de sa gestion administrative à la ville, comme c’est plus ou moins le cas de la piscine Ruth Inch. Eric Binion a également précisé qu’avec près de 1 800 personnes venues se hisser au moins une fois sur les blocs de la salle de gym cette année, l’escalade n’est plus une pratique marginale à Yellowknife et que les besoins d’avoir un nouveau local sont fondés. L’investissement d’environ 180 000 $ permettrait alors de gratifier Yellowknife d’un mur d’escalade de grande taille sur une structure de qualité, en plus de pouvoir prolonger les horaires d’ouverture.
« Les bénévoles ont travaillé très fort cette année pour préparer le plan d’affaires », rappelle Eric Frénette, qui espère que le projet verra le jour. En attendant la décision de la ville, le club est toujours à la recherche de membres et de volontaires pour ouvrir de nouveaux créneaux horaires.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.