Encore une route qui arrête là!

Les Territoires du Nord-Ouest viennent d’ouvrir leur 9e route! Cette route qui se termine à Tuktoyaktuk ne pourra pas aller plus loin à moins de construire un pont jusqu’à Ulukhaktok sur l’ile Victoria.


La route 1 s’arrête à Wrigley en attendant si longtemps de se poursuivre le long de la vallée du Mackenzie.

La route 2 s’arrête dans le Grand lac des Esclaves à Hay River. La route 3 s’arrête à Yellowknife, mais continue en route 4 pendant 80 km pour se jeter dans le lac Tibbit. La route 5 ne s’arrête pas non plus à Fort Smith, mais s’allonge de 20 kilomètres un peu plus au Sud pour rejoindre Fort Fitzgerald en Alberta. La route 6 se termine aussi dans le Grand lac à Fort Résolution et la route 7 s’échappe vers la Colombie-Britannique. La route 8, la Dempster du Yukon, se rend toujours à Inuvik.


Cela en fait 5 sur 9 qui s’arrêtent brusquement soit dans l’eau soit par manque d’endroit où aller. Est-ce qu’une autre partie du Canada à part le Nunavut a proportionnellement autant de culs-de-sac?


Le prochain chantier d’importance qui rendra fiers les gens du Sahtu autant que les Inuvialuits avec l’ouverture de la route vers l’océan arctique, c’est la route de la vallée du Mackenzie. On va attendre encore longtemps pour équilibrer la balance, et que la route 1 aille finalement englober la route 8 et la route vers Tuk.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.