Économie du savoir au Nunavut

30 novembre 2001
0 Commentaire(s)
Au Nunavut, il existe plus d’une cinquantaine d’entrepreneurs francophones. On retrouve également quelques centaines de nos travailleurs œuvrant principalement dans des entreprises à Iqaluit, capitale territoriale. L’apport de ces entreprises et travailleurs à la croissance économique du Nunavut est indéniable, tant dans les secteurs de la construction, des transports, du tourisme, des services financiers et juridiques, de la vente de biens et services de toutes sortes que des nouvelles technologies.

Nous avons dorénavant une fenêtre ouverte sur le monde pour nous informer en tout temps. Mais surtout, cette fenêtre permet de mieux nous faire connaître auprès du reste de la planète comme communauté dynamique et bien vivante, même si nous vivons sur le toit du monde !

Promotion des entreprises francophones

Cette fenêtre est celle que nous offre le site http://nunavut.gazel.ca. Le site propose de découvrir les multiples facettes du monde des affaires nunavutois. On y présente une formule originale offrant aux internautes des entrevues audiovisuelles avec des entrepreneurs et des travailleurs franco-nunavutois.

Saviez-vous qu’on vend de la crème glacée à -40º? Qu’il est possible de se faire bronzer durant la saison des aurores boréales? Qu’on peut habiter dans une petite communauté de l’Extrême Arctique et faire sa commande d’épicerie via un catalogue interactif sur CD-ROM et Internet? Qu’il est possible de voyager en français dans le Grand Nord canadien? Ou encore qu’une revue en français de l’actualité circumpolaire est produite à Iqaluit?

Ce projet TI est piloté par notre agent gazel au Nunavut, Roch Archambault. En poste à l’Association des francophones du Nunavut depuis janvier 2001, il a vite su convaincre nos entrepreneurs de prendre le virage électronique.

« Quand nous nous sommes présentés chez les entrepreneurs pour faire les entrevues, ils ont été agréablement surpris et enthousiasmés par l’initiative de l’AFN », a mentionné Roch Archambault au journaliste Pierre Brault pour rural.gazel.ca.

Ils discutent ouvertement de leurs entreprises ou de leurs expériences de travail au Nunavut, des obstacles rencontrés, ou encore des perspectives d’affaire et d’employa-bilité dans les années à venir.

« La présentation audiovisuelle d’une entrevue avec un entrepreneur pique la curiosité et incite les internautes à s’y attarder », précise Roch rchambault. La formule est intéressante, car on peut identifier la personne et même avoir des images de son lieu de travail, ce qui donne un portrait plus complet de son entreprise.

Regroupement des entrepreneurs francophones du Nunavut

Le travail se poursuit afin de regrouper les entrepreneurs francophones. Les prochaines étapes seront d’établir un partenariat avec nos entrepreneurs, le ministère des Ressources humaines du Nunavut et Ressources humaines Canada afin d’obtenir en français les occasions d’affaires et les besoins d’employabilité au Nunavut. Ces renseignements seront tous accessibles en ligne. S’il y a une question que les internautes nous posent fréquemment par courriel, c’est bien celle de l’emploi. Nous aurons ainsi un nouvel outil à leur proposer...

http://franco-nunavut.ca