Association des francophones du Delta du Mackenzie : Dissoute

 Les francophones d’Inuvik n’ont plus d’association francophone.
 

Le conseil d’administration de la communauté francophone la plus septentrionale du Canada a pris la décision de dissoudre son association. L’Association des francophones du Delta du Mackenzie (AFDM) basée à Inuvik a officiellement été enregistrée comme dissoute au registraire des sociétés du territoire, le 18 mars 2016. Selon, l’ex vice présidente de l’organisme, des signes avant-coureurs avaient été décelés depuis quelques années. « Lors de notre AGA, en septembre 2015, personne n’a voulu siéger aux postes d’administrateurs, et depuis ce temps-là, on se débrouille avec les gens présents l’année passée », raconte Isabelle Godin.
Le glas de l’AFDM a sonné lorsque la présidente Shanda Grandy-Turco et Mme Godin ont annoncé leur déménagement hors d’Inuvik à la fin du mois de juin. « On a tourné la problématique de tous bords tous côtés, mais il n’y avait pas de ressources pour nous remplacer. On est arrivé à la triste réalité que c’est un moment mort pour la francophonie ici, en espérant qu’il y ait un regain francophone dans le futur. » Isabelle Godin assure également que la Fédération franco-ténoise (FFT) pourra aider la communauté à profiter d’événements culturels à Inuvik.
Pour le directeur général de la FFT, Jean de Dieu Tuyishime, cette décision est irrévocable. « La lourdeur associée à la structure de l’association décourage les bénévoles dans les petites communautés. »
Après Fort Smith en décembre 2015, et maintenant Inuvik, le directeur pense qu’une réflexion au sein de la francophonie ténoise est impérative. « Il y a toujours des membres de ces communautés qui sont intéressés et capables d’offrir des activités. Qu’ils n’aient plus d’organisation, ne veut pas dire qu’on va les laisser tomber », dit Tuyishime en ajoutant, que la francophonie ténoise s’est engagée à étudier d’autres directions avec le Plan de développement global qui sera adopté au cours de cette année.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.