Chauffage hivernal: Les Ténois changent leurs habitudes de chauffage

22 août 2008
0 Commentaire(s)


Cette technologie de chauffage mieux connue selon le nom « wood pellet » est à toute fin pratique un poêle à bois. Néanmoins, c’est un poêle à granules de bois que s’est procuré Dwayne Wolgemuth quand il a emménagé dans sa cabane en bordure du Grand Lac des Esclaves, à Yellowknife. L’isolation médiocre de son nouveau chez-soi l’a amené à ne chauffer que la moitié de l'habitation pendant l’hiver.

Aucun problème à –40

La petitesse de la pièce – moins de 200 pieds carrés – convient très bien à son poêle. En fait, ces engins peuvent fournir de la chaleur à une surface comprise entre 600 et 1200 pieds carrés. L’appareil serait même trop massif pour la pièce : ce n’est qu’à une température de –40 degrés Celsius que la température de la pièce est parfaite. Si ce moyen de chauffage convient bien à M. Wolgemuth, il reconnaît qu’une personne plus menue pourrait éprouver des difficultés à soulever les poches de granules, vendues en sacs de 40 kg.

Dans le cas d’une fournaise ou d’une chaudière, qui offrent un système de chauffage central, on ne remplit pas le contenant à chaque deux jours comme c’est le cas pour un poêle. Les granules sont déposées dans un réservoir semblable à un réservoir d’huile et sont livrées à la tonne par camion. Malgré la facilité d’utilisation d’un chauffage central aux granules de bois, ce produit est impopulaire à Yellowknife.

Rolle Comeau, du commerce Hearth & Home, affirme avoir vendu seulement une ou deux chaudières. La faute incombe aux assureurs, croit-il : « Elles n’offriront pas de couverture, elles croient que ce n’est pas un système fiable, dit-il. Les compagnies d’assurance ont peur. » En Nouvelle-Angleterre, aux États-Unis, ce produit bien connu des assureurs, se répand à un point tel qu'un phénomène de rareté s'y crée. À Yellowknife toutefois, c'est le poêle qui gagne sans cesse de nouveaux adeptes.

Le bois bon pour le portefeuille

M. Comeau vend ce genre de poêle depuis maintenant 10 ans, mais c’est depuis la flambée des prix de l’huile de chauffage qu’il remarque un engouement. Depuis le début de 2008, il a vendu une trentaine de poêles, alors que l’année précédente environ une dizaine ont trouvé preneur. Passer à un moyen de chauffage moins polluant que l’huile n’a rien à voir dans la décision des clients : « Les gens ont trop payé pour l’huile l’an passé, explique-t-il. Ils ne pensent pas vraiment à l’écologie, ils pensent à leur portefeuille », constate le négociant.

Le prix d’achat de cette masse d’acier est pourtant considérable. Avec le coût d’installation et la mise en place d’une dalle d’isolation, un poêle à granules de bois revient à plus ou moins 5000 dollars. Toutefois, le gouvernement territorial offre une subvention de 500 dollars à l’achat de ce type de poêle. Un particulier pourrait obtenir un montant égal à travers les programmes du fédéral, mentionne Dave Nightingale, directeur du Service de planification énergétique au ministère de l’Industrie, du Tourisme et des Investissements.

Aux TNO, le Energy Efficiency Incentive Program met 300 000 dollars à la disposition des citoyens qui désirent se procurer un appareil de chauffage, des électroménagers ou même un véhicule hybride.

Pratique avant tout

Chez Arctic Energy Alliance, on se fait promoteur convaincu des poêles à granules. Il en coûterait moitié moins cher de chauffer aux granules de bois plutôt qu'à l'huile. Tandis que le prix de l’essence a presque doublé en deux ans, le prix des granules varie peu. Si l’on exclut le gaz naturel toutefois, c’est la corde de bois qui est la moins coûteuse parmi toutes les autres méthodes de chauffage.

Pourquoi alors choisir le poêle à granule de bois? « Pourquoi n’y a-t-il pas plus de gens qui se chauffent à la corde de bois? Parce que l’huile est très pratique », observe John Carr, de Arctic Energy Alliance. Le poêle à granule est lui aussi très commode. En effet, nul besoin de mettre les bûches au fur et à mesure qu’elles brûlent comme dans un poêle à bois conventionnel, car le système est automatisé et les granules tombent peu à peu selon la chaleur indiquée sur un thermostat intégré.