Sommet de Québec sur les changements climatiques : Bientôt une cible de GES pour les Territoires du Nord-Ouest

23 avril 2015
0 Commentaire(s)
Le premier ministre des TNO, Bob McLeod (Photo d'archives)

Le premier ministre des TNO, Bob McLeod (Photo d'archives)

 

Davantage d’énergies renouvelables et alternatives

 

De retour du Sommet de Québec sur les changements climatiques, le premier ministre Bob McLeod a affirmé que son gouvernement fixerait cette année une cible maximale pour la production de gaz à effet de serre. Cette cible sera définie dans le cadre de la nouvelle stratégie sur les gaz à effet de serre qui, contrairement à la précédente (2011-2015), englobera industries et citoyens. Dans le cadre de cette stratégie, que Yellowknife désire élaborer en partenariat avec le gouvernement fédéral, les joueurs de l’industrie seront consultés. M. McLeod semble confiant de leur collaboration. « Les compagnies de diamants sont de très grosses compagnies internationales, donne-t-il comme exemple, elles sont très habituées à prendre des mesures pour réduire leurs émissions. Ici, Diavik a mis en place un parc d’éoliennes très important qui a permis de réduire leur utilisation de diésel. »
M. McLeod a rappelé qu’au cours des huit dernières années, le gouvernement des TNO a dépensé entre 10 et 15 M$ pour la conservation et l’augmentation de l’efficacité énergétique ainsi que pour aller vers la biomasse et l’énergie solaire.

Marché du carbone
Hormis l’Alberta et l’Île-du-Prince-Édouard, qui étaient absentes du Sommet, les premiers ministres des provinces et territoires ont conjointement signé une déclaration d’intention sur la nécessité de réduire les gaz à effet de serre. Pour le Nord, considère M. McLeod, la plus importante part du travail se situe dans l’adaptation et l’atténuation. « Nous avons déjà, énonce-t-il, des coûts très élevés d’énergie, alors nous allons nous diriger de plus en plus vers des formes d’énergie renouvelables et alternatives. Nous dépensons déjà à peu près l’équivalent de 10 $ par tonne de carbone à cette fin et nous allons bouger beaucoup plus dans ce secteur. »
Les TNO adopteront-ils comme le Québec un système d’échange d’émissions de gaz à effet de serre? Pas à court terme, indique le premier ministre : « La modélisation économique indique qu’une approche du marché du carbone serait difficile à mettre en place dans une petite économie et générerait des bénéfices limités, mais je suppose dans notre vue qu’avec le temps, les Territoires du Nord-Ouest voudront établir des liens avec les marchés de carbone émergents. Nous ne mettrons pas en place de barrières de marché. » Bob McLeod fait également valoir que les mécanismes de tarification du carbone augmentent le coût de la vie. « Je préfère, fait-il valoir, miser sur l’efficacité de l’énergie renouvelable et la conservation de l’énergie. »

Québec et Yellowknife
Le chef du gouvernement ténois a dit avoir apprécié son passage au Québec. Il a trouvé la ville très belle, a très bien mangé et a pratiqué son français.
Son passage coïncidait avec la décision de la Cour suprême voulant que dire la prière avant l’assemblée d’un conseil municipal contrevienne à la neutralité de l’État. Cette décision pourrait-elle influencer le protocole à Yellowknife? M. McLeod, qui n’était pas au courant du dossier, a affirmé qu’il allait lire le jugement, mais que de prime abord, il ne voyait pas ce qu’il y a de mal à faire une prière avant une assemblée. « Cela n’a jamais causé de problème ici », a-t-il ajouté.
Le député de Yellowknife Sud sera-t-il des prochaines élections? « Seulement si les changements climatiques s’améliorent, rigole-t-il, avant d’ajouter qu’il fera un examen de santé avant de prendre une décision. »