Sur les ondes : Aux origines de la musique XI

En Grèce et en Rome antique, le développement de la musique est lié au développement des arts de la scène. L’essor de la musique de la scène rayonne dans les trois premiers siècles de la Rome impériale, à savoir entre Julius César et Constantine (du premier siècle av. J.-C au quatrième siècle de notre ère).


Dans cette période, des grandes infrastructures ont été construites pour la scène : des théâtres, des amphithéâtres et des odéons; construits partout où l’Empire romain avait emprise (tout le bord de la Mer méditerranée et le nord de l’Italie entre l’ile de la Grande Bretagne et des régions de l’Anatolie et la Mésopotamie).


Les Romains utilisaient ces bâtiments non seulement pour des spectacles ponctuels, mais comme lieux de célébration des festivités religieuses dans lesquelles étaient impliqués des chœurs, des danseurs et des musiciens célébrant par des performances théâtrales.


Le spectacle théâtral de la période de l’Empire romain était héritier de la tradition théâtrale d’Athènes. Toutefois, les spectacles romains se différenciaient par le développement du mime et de la pantomime.


Le mime, dans la Rome antique, ne référait pas à des performances muettes, mais à une forme de comédie parodique récitée et chantée au rythme d’une tibia joué par le tibicine. Le chœur était composé de chanteurs qui n’étaient pas acteurs, bien qu’ils chantaient à partir de la même scène. Dans ce contexte, la pantomime comme forme théâtrale était semblable au mime, mais le chœur participait dans le spectacle comme des acteurs, et la performance était surtout chantée et non récitée.


Le tibia était l’instrument préféré pour l’accompagnement musical.
Le rythme était marqué par des instruments à percussion tels que des cymbales, des crotales et des tambourins qui étaient utilisés aussi pour produire des effets sonores sur la scène. L’instrument de percussion le plus utilisé dans le théâtre latin, et qui le caractérise, était le scabellum; deux semelles en bois jointes par une charnière ayant aux extrêmes des petites cymbales en bronze. Un instrument que le scabellari jouait avec son pied.


L'auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.