Sur les ondes : Aux origines de la musique VIII

14 décembre 2017

Au premier millénaire av. J.-C., lorsque l’essor culturel de l’Antiquité prend son envol, les pouvoirs militaires intensifient leurs forces et leurs stratégies pour dominer et contrôler des régions qui se trouvent aux bords de la mer Méditerranée. Les Grecs conquièrent le Sud de l’Italie, installent leurs colonies, construisent des temples et des théâtres et célèbrent leurs festivals avec la participation des aèdes, des rhapsodes et des chœurs.


En contraste, dans la région centrale de l’Italie (région dans laquelle se trouve Florence aujourd’hui) habitaient les Étrusques, peuple organisé autour de dynasties royales et de puissantes armées. Ils avaient développé leur langue autour d’un alphabet et leur art autour de la poterie, la métallurgie et l’architecture. Leurs festivals n’étaient pas caractérisés par la poésie et la musique comme dans la Magna Graecia (la Grande Grèce), mais par des compétitions de lutte et compétitions équestres, reliées à leur religion. Parmi les instruments de musique, on retrouve le lituus — un long tuyau avec une extrémité recourbée semblable à une trompette, des aulos, des cithares et des harpes.


Au huitième siècle av. J.-C., les Étrusques dominent la région du Latium situé au centre de la péninsule italienne. Ils dominent les peuples qui habitent cette région, parmi lesquels les Latins et les Grecs, et fondent Rome, une cité où ils établissent leurs rois et maintiennent leur pouvoir jusqu’en 509 av. J.-C., date à laquelle l’aristocratie patricienne latine renverse leur pouvoir et établit la République romaine.


L’organisation sociale de Rome républicaine était fondamentalement à caractère militaire. Elle avait comme principales unités les centuries organisées en deux légions et gouvernées par le sénat. Cette forme de gouvernance va rester jusqu’à Auguste, qui deviendra le premier empereur de l’Empire romain en 27 av. J.-C. Bien que Rome reste la capitale de la république, l’expansion de son territoire a comme priorité la conquête des régions qui se trouvaient aux bords de la mer Méditerranée.


Probablement en raison de son organisation guerrière, les instruments musicaux développés durant la République romaine étaient le tuba droit, un instrument en cuivre long de deux mètres, le buccin, long de quatre mètres qui s’enroulait autour du corps du soldat, et les timbales, des tambours à grande caisse de résonance.

L'auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.