Sur les ondes : Aux origines de la musique IV

17 novembre 2017

Les tablettes en argile, gravées en caractères cunéiformes par les calames des scribes mésopotamiens, portent les premiers textes de l’histoire occidentale dans lesquels on trouve des fragments des chansons composées durant cette période.

Les principaux documents de cette époque sont 36 fragments qui ont été trouvés au site archéologique du palais royal d’Ugarit, au nord de la Syrie. Ils datent du XIVe siècle av. J.-C. Parmi eux, la tablette six contient un hymne à la déesse sémite des vergers : Nikkal. Son texte, écrit en spiral sur le verso de la tablette, contient aussi les instructions pour s’accorder avec une harpe à neuf cordes.

L’importance de cette tablette, pour identifier la caractéristique de la musique dans cette période, est qu’elle montre que les musiciens de cette époque avaient déjà systématisé les notes musicales en échelles diatoniques dans lesquelles les sept notes sont divisées en cinq tons et deux demi-tons. Le texte de cette tablette est écrit en utilisant l’alphabet d’Ugarit.


Les alphabets sont des systèmes graphiques pour représenter des sons qui ont été sélectionnés du continuum sonore de la voix humaine, et nous pouvons les considérer comme les premiers systèmes de notation musicale par leur capacité à représenter des fréquences sonores sélectionnées par les langues. Ils commencent à se développer au IIe millénaire av. J.-C.

L’alphabet d’Ugarit se développe en Mésopotamie et permet à l’écriture cunéiforme de devenir langue littéraire. Les systèmes linéaires A et B se développent en Crète et, en interaction avec l’alphabet phénicien qui est le premier alphabet portant des graphèmes qui représentent des voyelles, vont être le fondement au développement de l’alphabet grec, soit le premier alphabet bipartite ayant des voyelles, consonnes, majuscules et minuscules. Les supports sur lesquels ses graphèmes étaient écrits sont des pierres, du marbre et des papyrus. Ces derniers étaient importés de l’Égypte par la Grèce antique.


C’est en Grèce antique que se structurent en grande partie les fondations de la musique occidentale au début du Ier millénaire av. J.-C. La lyre, harpe qui a des cordes égales, est l’instrument utilisé dans la cosmogonie grecque avec sa représentation dans les mains d’Apollo, dieu de la musique, de la poésie et de la guérison.

Cette lyre avait été construite par Hermès avec la carapace d’une tortue et offerte à Apollo lors de leur réconciliation après qu’il ait été trouvé coupable du vol de son bétail. Bien qu’Apollo et Hermès restent au sommet de l’Olympe comme dieux des arts, neuf muses, filles de Mnémosyne et Zeus insufflent les sciences et les arts aux humains. Parmi elles : Erato, Euterpe et Terpsichore sont les muses qui inspirent la musique, la poésie et la danse. De leur nom émerge avec sa couronne de laurier le nom « Musique ».

L'auteur anime Trésor de la musique classique,
le dimanche et le mercredi à 21 h sur les ondes de Radio Taïga.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages