Budget fédéral 2016 : Au-delà de Radio-Canada

OTTAWA – S’il a été beaucoup question des Premières Nations, des changements apportés à l’assurance-emploi, de l’allocation canadienne pour enfants et du financement consenti à CBC/Radio-Canada dans ce budget, les francophones vivant en situation minoritaire ont dû passer au peigne fin le contenu dudit budget pour déceler des initiatives les concernant directement. Au terme de cet exercice, force était de constater que peu de mesures les visaient spécifiquement.
« Il y a un lien entre ce qui a été annoncé dans le budget et les priorités de développement de nos communautés. Mais pour que ces initiatives soient réellement intéressantes, il faut qu’elles soient assorties d’une lentille francophone et d’une prise en compte de nos réalités spécifiques », a noté d’entrée de jeu Sylviane Lanthier, présidente de la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) du Canada.
Certes, l’octroi de 675 millions de dollars additionnels à CBC/Radio-Canada (75 millions cette année et 150 millions annuellement pour les quatre prochaines années) constitue une bonne nouvelle pour l’ensemble de la francophonie canadienne, puisque chaque région du pays a été touchée par la vague de compressions observée à Radio-Canada ces dernières années. Mais, encore faut-il que la direction du diffuseur public précise ses intentions quant à la façon dont seront dépensés ces nouveaux investissements.
Malgré l’absence de mesures concrètes visant les communautés de langue officielle en situation minoritaire, la FCFA demeure optimiste quant à la suite des choses.
Si on fait preuve d’une certaine prudence du côté de la FCFA, en lien avec les mesures contenues dans le premier budget du gouvernement Trudeau, c’est tout le contraire dans les bureaux de la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF).
En effet, le ministre fédéral des Finances Bill Morneau est demeuré vague en ce qui a trait aux détails des initiatives qui risquent de bénéficier aux francophones vivant en situation minoritaire. On sait davantage à quoi s’attendre dans le secteur des arts et de la culture : 550 millions au Conseil des arts du Canada, 22 millions à Téléfilm Canada, 13,5 millions à l’Office national du film, investissements massifs dans les musées nationaux et rétablissement du programme Routes commerciales aboli par le gouvernement précédent, pour ne donner que quelques exemples.
« Ce budget amène une sécurité pour les artistes, les organismes culturels et les industries culturelles de la francophonie canadienne en octroyant un financement bonifié aux infrastructures culturelles », se réjouit le président de la FCCF, Martin Théberge.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.