Témoignage : Après un an

23 octobre 2017
Rachelle Francoeur (Courtoisie)

Rachelle Francoeur (Courtoisie)

 

Rachelle Francoeur ne renouvelle pas son mandat au poste de présidente et se concentre sur ses fonctions de directrice de la Garderie Plein Soleil.


Depuis qu’elle est aux TNO, Rachelle Francoeur a interagi de plusieurs façons avec la Fédération franco-ténoise : elle a déjà été une employée de la FFT ; au cours de la dernière année, elle a occupé le poste de présidente de l’organisme porte-parole de la francophonie ténoise ; enfin, en tant que directrice de la Garderie Plein Soleil, elle demeure partenaire de la Fédération.

En entrevue avec L'Aquilon, elle avoue qu’un an n’est pas beaucoup pour s’immerger dans toutes les dimensions de cette organisation. Rachelle Francoeur affirme que la communication entre les organismes de la communauté est essentielle. Une communication qui doit se faire tout en respectant les défis, intérêts et emplois du temps des individus qui s’impliquent pour la francophonie ténoise. Elle mentionne que l’ampleur des Territoires est un vrai défi pour la représentation francophone dans son ensemble.


En signant le mot de la présidente du rapport annuel 2016-2017 de la Fédération, Rachelle Francoeur, laisse un témoignage de son apprentissage : « Ce que j’ai surtout appris, c’est qu’il y a une volonté à travailler ensemble et redéfinir qui nous sommes et ce que nous faisons ». Elle fait ainsi le lien avec les nouveaux statuts et règlements qui ont été déposés devant l’assemblée générale du 14 octobre.

Elle dit que la membriété individuelle va apporter une nouvelle ouverture à la Fédération alors que des individus qui ne s’identifient pas forcément aux organismes membres vont ainsi avoir un poids dans la direction commune de la francophonie ténoise. On peut lire également son souhait au personnel, au CA et aux membres de la FFT d’amener la communauté « plus loin que le folklore, plus loin que d’être juste intéressante ».

Rachelle Francoeur ajoute à cette vision qu’« il est essentiel de mêler notre savoir-faire, notre accent et notre vision du développement social à l'ensemble des préoccupations ténoises et influencer notre territoire à avoir sa propre saveur nordique ». Elle mentionne que la francophonie détient en effet une expertise sur l'art de se réinventer, d'innover, de créer et de se mobiliser et également des outils à partager avec nos concitoyens par un leadership visionnaire.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.