A-t-on manqué la vague?

21 septembre 2017

L’Ouest et le Nord ont été les destinations privilégiées ces dernières années au sein du Canada économique. Une décennie d’investissement et d’utilisation des ressources naturelles. Aux TNO, ce sont des mines qui ont débuté leur exploitation, des projets d’explorations qui ont sillonné le territoire, et des millions de barils de pétrole qui ont continué de couler vers Zama en Alberta.


Durant cette décennie, on a aussi vu la fermeture de certaines opérations, des embryons d’exploitations qui n’ont pas donné vie, et des eldorados qui ne trouvent pas leur place au soleil.


Les efforts dirigés vers le secteur minier par des organismes tels que le CDÉTNO ne font que révéler le besoin pour le gouvernement de renouveler l’offre et l’intérêt des investisseurs pour les ressources naturelles ténoises. La vague est passée, maintenant il faut nager pour ne pas se retrouver dans le creux de la prochaine.


Mais les investisseurs peuvent également faire comme l’Université Wilfrid Laurier qui ouvre sa première antenne universitaire à Yellowknife et miser sur le Nord pour autre chose que l’exploitation minière. La recherche et l’éducation, ça peut mener peut-être plus loin que le fond d’une galerie d’une mine souterraine.


Au lieu de nager pour rattraper ces vagues huileuses, on peut se construire une planche adaptée aux nouvelles énergies, et profiter des nouveaux courants pour surfer d’autres opportunités. Éviter le ressac, qui a beaucoup fait avancer notre canot, mais nous a aussi plusieurs fois fait chavirer.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.