Semaine de l’exploitation minière des TNO : 59e compétition annuelle de sauvetage minier

La 59e compétition de sauvetage minier s'est tenue le 11 juin dans le stationnement du Fieldhouse et du Multiplex. (Crédit photo: Noémie Bérubé)

La 59e compétition de sauvetage minier s'est tenue le 11 juin dans le stationnement du Fieldhouse et du Multiplex. (Crédit photo: Noémie Bérubé)

La semaine de l’exploitation minière des Territoires du Nord-Ouest a battu son plein du 11 au 17 juin. Encore cette année, diverses activités ont été organisées pour souligner un des piliers de l’économie ténoise.
 

Pour une 59e édition, 5 équipes venues de plusieurs mines du Nunavut et des TNO ont été mises à l’épreuve par des défis à relever selon les mesures d’intervention d‘urgence en milieu sous-terrain et en surface.
Le 11 juin, les exercices parmi lesquelles les mineur(es) ont fait face, figuraient notamment les premiers soins, la lutte contre les incendies, le sauvetage par câble et obstacle en surface et désincarcération. Les tâches et défis étaient conçus pour tester les compétences des équipes de sauvetage minier vues pendant leur entraînement. Ces dernières ont été créées par des experts en la matière et par des personnes ayant une expérience significative dans le sauvetage minier. Par la suite, ces exercices ont été revus par le coordonnateur de sauvetage minier et inspecteur des mines de la Commission de la sécurité au travail et de l’indemnisation des travailleurs(CSTIT), Lex Lovatt qui s’est assuré qu’elles respectaient et convenaient aux équipes.
Les juges de la compétition provenaient de différents intervenants miniers et celles participantes.
Chacune des épreuves étaient reliées à un trophée. Les gagnants le conservent pendant un an et doivent le ramener l’année suivante pour essayer de remporter à nouveau. Des prix et souvenirs individuels sont également remis aux membres de l’équipe par les commanditaires.

Présenté par la CSTIT
La compétition annuelle de sauvetage minier fut encore cette année présentée par la CSTIT.
Pour la chargée des communications de la Commission, Ashley Makohoniuk, la participation de CSTIT lors de cette journée est essentielle : « La compétition est un test des capacités de sauvetage dans les mines où les intervenants peuvent mettre en valeur leurs compétences au public et donner l’assurance à d’autres mines qu’ils sont préparés et capables de fournir un soutien. »
Mme Makohoniuk a laissé savoir que toutes les mines participantes sont membres d’un protocole d’aide mutuelle stipulant se soutenir en cas d’urgence dans une de ces mines du Nord.
La Commission de la sécurité au travail et de l’indemnisation des travailleurs administre la loi et le règlement sur la santé et sécurité des mines pour les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
« Il est également l’occasion de présenter au grand public combien de temps, d’efforts et de travail est nécessaire lors de la planification d’urgence. Ces équipes s’entraînent toute l’année, ils veulent gagner cette compétition, mais plus important encore, ils espèrent acquérir de nouvelles compétences et travailler avec d’autres mines dans le but de partager leurs expériences et leurs connaissances afin que chacun puisse être préparé en cas d’urgence. » Mme Makohoniuk a renchérit ses dires: «  Être prêt pour les situations d’urgence met la sécurité au premier plan, il fait penser à toutes les petites ou grandes choses au cours de la journée que vous devez être conscient pour vous-même et pour les autres. »
Cette année, l’évènement se déroulait dans le stationnement du Multiplex ainsi que du Fieldhouse. Ce changement se voulait une raison d’ajouter de la place pour les spectateurs, en leur donnant un meilleur accès ainsi qu’augmenter l’espace entre les différents défis.
Pendant la semaine, des randonnées géologiques guidées et un kiosque de prospection ont été proposés à la population pour les renseigner sur le secteur minier ténois.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages