Financement fédéral : 22,5 M$ pour le français aux TNO

De nouveaux investissements ont été annoncés pour les services en français des territoires, le 26 mai, à Whitehorse.

Le député du Yukon, Larry Bagnell, a annoncé des investissements pour les communautés francophones du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.

Ces ententes de financement visent à approvisionner les territoires pour qu’ils puissent assumer leurs obligations en matière de langues officielles. « Elles offriront aux membres des communautés francophones du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut un meilleur accès aux services en français dans les territoires », décrit un communiqué de Patrimoine canadien.

Montants alloués :
Yukon : 13 999 245 $ (sur trois ans)
TNO : 22 502 000 $ (sur quatre ans)
Nunavut : 14 251 862 $ (sur quatre ans)

Le bureau du ministre de l’Éducation des TNO indique que grâce à cette hausse de financement, le GTNO pourra implanter les plans d’opérations pour les services en français en intégralité dans ses ministères, en vue de s’assurer que les employés de première ligne soient formés et que les procédures et politiques soient mises en place. Cette hausse permettra également d’augmenter la capacité des services de traduction du gouvernement territorial et d’offrir de la formation ciblée pour l’offre de services du GTNO.

« La langue joue un rôle déterminant dans la définition de notre identité et, grâce aux nouveaux accords en vigueur, nous serons davantage en mesure de soutenir et de rehausser les remarquables travaux déjà en cours au chapitre des services et des communications dans la langue française », a affirmé Alfred Moses, ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Emploi.

L’Aquilon a tenté de communiquer avec la Fédération franco-ténoise pour recueillir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse au moment de la mise sous presse.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.